dimanche 8 novembre 2020

Patagonie route 203 Eduardo Fernando Varela

 

 #Patagonieroute203 #NetGalleyFrance




Au volant de son camion, un énigmatique saxophoniste parcourt la géographie folle des routes secondaires de la Patagonie et subit les caprices des vents omniprésents.

Perdu dans l’immensité du paysage, il se trouve confronté à des situations aussi étonnantes et hostiles que le paysage qui l’entoure. Saline du Désespoir, La Pourrie, Mule Morte, Indien Méchant et autres lieux favorisent les rencontres improbables avec des personnages peu aimables et extravagants : un journaliste qui conduit une voiture sans freins et cherche des sous-marins nazis, des trinitaires anthropophages qui renoncent à la viande, des jumeaux évangéliques boliviens gardiens d’un Train fantôme, un garagiste irascible et un mari jaloux…

Au milieu de ces routes où tout le monde semble agir selon une logique insaisissable, Parker tombe amoureux de la caissière d’une fête foraine. Mais comment peut-on suivre à la trace quelqu’un dans un univers où quand on demande son chemin on vous répond : « Vous continuez tout droit, le jeudi vous tournez à gauche et à la tombée de la nuit tournez encore à gauche, tôt ou tard vous allez arriver à la mer » ?

Ce fabuleux premier roman est un formidable road-trip, dans un paysage dévorant, sur les routes les plus inhospitalières et sidérantes du sud du monde où rien ni personne n’est ce qu’il semble être.


Mon avis : 

Une excellente lecture où les paysages et la météo accompagnent Parker, ce camionneur en fuite sur les routes de Patagonie. 

Un livre étonnant et onirique. Les éléments de la nature y sont comme la vie et les sentiments.

J'ai aimé que l'auteur entremêle les sentiments de ses protagonistes dans ce grand "tout". 

Le vent est omniprésent et fait souffler le chaud et le froid sur l'histoire. Comme quand on fait du vélo, selon que le vent nous pousse, ou au contraire, quand celui-ci est en vent contraire et que l'on n'avance pas d'un pouce.

Le vent violent provoquait, toujours chez lui un dérèglement intérieur, la sensation que rien n'était à sa place, que toutes les choses de la vie étaient précaires ou inutiles et qu'il ne lui restait qu'à trouver un endroit où s'abriter.

Ce livre nous imprime des images oniriques et on sent bien chez l'auteur qu'il a déjà travaillé pour le cinéma. 

Cette lecture laisse en moi des tas de beaux instantanés, des images qui trottent encore et encore dans ma petite tête : le parc d'attraction, le train fantôme, la plage, les routes infinies, le camion et son installation maison, le désert de sel, les villages presque fantômes ...

Et que dire des personnages qui traversent cette histoire, de la belle Mayten dont Parker aura un vrai coup de foudre, à ce journaliste bizarre cherchant toujours l'improbable, aux jumeaux péruviens qui sont des aides précieuses pour Bruno le patron de la fête foraine et mari de Mayten. Et j'en passe vous aurez le plaisir de les croiser sur la Route 203.

Une belle histoire d'amour, très différente des romans à l'eau de rose mais qui nous offre tout une foule de sensations qui tourbillonnent en ces temps moroses.

"La vie ne lui accorderait pas une seconde chance: la Patagonie était tellement immense et illimitée qu'ils risquaient de ne jamais se retrouver, mais par un paradoxe de la géographie, il arrivait de cette immensité rapproche les personnes et que leurs chemins se croisent de nouveau."

Merci NetGalley, Merci Eduardo Fernando Varela et merci aux Editions Métaillié pour cette envolée livresque qui m'a fait tutoyer les étoiles au sommet des montagnes de Patagonie !

Quant à vous je ne peux que vous inciter à ne pas avoir peur et de monter à bord du camion de Parker comme l'a fait Mayten  pour vivre intensément la vie au milieu du vent et les étoiles !  

 

9 commentaires:

  1. Un roman qui existe à la médiathèque!Ton avis me donne envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Keisha,
      et bien si tu as toujours les emprunts possibles n'hésite pas. J'ai passé un bon moment en compagnie de Parker sur les routes de Patagonie.
      Bisous

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Coucou Alex,
      oui dépaysante et décoiffante !
      Bises

      Supprimer
  3. On dirait un voyage dans les éléments et en absurdie. Bien tentant ce mélange !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Géraldine,
      oui en absurdie c'est un bon terme avec un brin de mélancolie et des paysages !
      Une belle découverte.
      Bisous et caresses à tes chats

      Supprimer
  4. Bonsoir Didi, j'ai lu pas mal de critiques négatives et c'est dommage car j'ai aussi beaucoup aimé ce roman "road-movie" sur les routes patagoniennes. http://dasola.canalblog.com/archives/2020/08/28/38476684.htmlEn ces temps de confinement et couvre-feu, cela fait du bien. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dasola,
      ah oui dommage, j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre un peu différent et onirique où les paysages et la météo sont aussi des personnages. Et puis je me disais que ce livre pourrait être avec plaisir adapté en film !
      Bonne soirée et bon couvre feu ... Je vais allée te lire ;-)
      Bisous

      Supprimer
  5. Bonsoir Didi, j'ai lu pas mal de critiques négatives et c'est dommage car j'ai aussi beaucoup aimé ce roman "road-movie" sur les routes patagoniennes. http://dasola.canalblog.com/archives/2020/08/28/38476684.htmlEn ces temps de confinement et couvre-feu, cela fait du bien. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer