dimanche 4 juin 2023

Musée Christophe Chabouté

 





Qui regarde qui ? …
Entre les statues de marbre et les tableaux de maîtres, les visiteurs du musée d’Orsay posent tantôt des yeux admiratifs, tantôt un regard perplexe sur les chefs-d’œuvre qui bordent les allées. Ils échangent dans un murmure discret et continuent leur déambulation. Mais lorsque les portes du musée d'Orsay ferment et que la nuit tombe, les sculptures et les peintures quittent la pose, descendent de leur socle, s'animent, se détendent, se mettent à se raconter, s’interrogent ou commentent ce qu'elles ont pu voir ou entendre au cours de la journée. 

Mon avis : 

Un roman graphique qui m'a fortement tenté lors de la dernière masse critique graphique de chez Babelio !

Merci merci merci pour ce joli partenariat de lecture ♥

J'ai enlevé un peu du descriptif qu'il y avait sur les différents sites à propos de ce livre. En effet, à quoi bon trop détailler ! 

Ce livre se déguste avec plaisir et en avoir la surprise est le plus agréable.

Pour moi ce fût un régal, de bout en bout. Le graphisme tout d'abord, et ce noir et blanc qui au départ ne me tentait pas et qui à su s'imposer comme le jour et la nuit à l'intérieur de ce musée. 

Ce graphisme si minimaliste et pourtant si juste. Quelques traits définissent un chef d'œuvre, tout simplement (enfin simple c'est souvent chez les dessinateurs une force immense que de faire ressentir beaucoup avec peu de traits !). Chabouté excelle dans cet exercice, cet art !

Des compositions, des zooms, des planches entières nous disent tant. Peu de bulles, mais beaucoup de choses dites, juste à la force du dessin ! 


L'idée de faire vivre les œuvres est une si riche idée. Oui, les œuvres
 sont en perpétuelles interactions avec leurs publics et leur donner la parole pour nous renvoyer leurs regards sur nous les spectateurs est une idée excellentissime. 

De plus Chabouté se met pas à la place de toute les sortes de visiteurs. Il ne prend pas le parti de son seul regard ! C'est très agréable et pas égoïste (comme ça existe dans certain livre où l'auteur se permet "d'imposer" sa propre vision.) Et puis de bonnes touches d'humour parsèment ce livre. 

J'ai vraiment adoré ce roman graphique et je peux avec toujours le même plaisir me délecter de ses pages encore et encore. 

C'est cool, il va trôner amoureusement dans ma bibliothèque. 

Une bonne dose d'humour, de la poésie et une mise en dessin superbe, 

que demander de plus ? Moi je demande rien de plus !

Je vous invite à entrer de jour comme de nuit visiter ce Musée d'Orsay

dessiné par Christophe Chabouté ! 

De vous régaler, de sourire, de vous questionner et d'admirer ! 

Je vous souhaite tout autant de plaisir que j'en ai eu !

Merci encore à Babelio et aux Editions Glénat et Vents d'Ouest !




tous les livres sur Babelio.com

vendredi 19 mai 2023

Ceci n'est pas un fait divers Philippe Besson

 


Ils sont frère et sœur. Quand l’histoire commence, ils ont dix-neuf et treize ans.

Cette histoire tient en quelques mots, ceux que la cadette, témoin malgré elle, prononce en tremblant : « Papa vient de tuer maman. »

Passé la sidération, ces enfants brisés vont devoir se débrouiller avec le chagrin, la colère, la culpabilité. Et remonter le cours du temps pour tenter de comprendre la redoutable mécanique qui a conduit à cet acte.

Avec pudeur et sobriété, ce roman, inspiré de faits réels, raconte, au-delà d’un sujet de société, le long combat de deux victimes invisibles pour réapprendre à vivre.

#Cecinestpasunfaitdivers #NetGalleyFrance ! 

Mon avis :

Un roman court et percutant par un auteur Philippe Besson que je n'avais encore jamais lu.

Un roman qui se lit en ressentant l’extrême choc de ce féminicide qui marque le tout début du livre, nous faisant percuter cette réalité brute de ce drame extrêmement violent. Le meurtre d'une maman.

Un roman qui se met à la hauteur des enfants qui prennent l'impact de ce meurtre de leur mère par leur père. C'est à la hauteur d'une fratrie, d'une sœur, d'un frère et d'une grand-père que l'ont va suivre cette histoire.

J'ai "aimé" (pas cette terrible histoire bien sur) cette façon qu'à Philippe Besson de nous faire rentrer dans l'intimité de cette famille. Par tous les sentiments de sidération que traversent les enfants, par cette plongée dans l'horreur.

Par toute cette impuissance qui ravage la famille et par les dommages qui en découlent de toutes les manières possibles sur les enfants. Comme un tsunami qui va tout dévaster avec les dommages collatéraux énormes.

Par les côtés ambivalents de l'amour que l'on peut porter à un père au delà de l'atroce perpétré.

Avec des blessures, des errements. Avec la police et ces gros sabots (oui il reste du travail à faire pour la prise en charge des victimes...), parfois, avec la justice si longue, si brute parfois aussi…

Avec tout ce que peut comporter de douleurs ces drames qui fracassent tout sur leur passage, bien plus que l'on pourrait imaginer rien qu'en lisant un article de fait divers relatant le visible seulement. 

D'où cet excellent titre : Ceci n'est pas un fait divers !

Merci Philippe Besson, d'avoir donner la parole à ces enfants, d'avoir creuser en profondeur dans les sentiments humains de ce fait d'hiver. D'avoir pu nous immiscer dans la psychologie des protagonistes de ce drame.

Car en effet, souvent les faits divers nous parviennent comme de des évènements presque éphémères et insignifiants et qui nous font oublier parfois tout ce que ça engendre pour ceux qui restent.

J'ai lu ce livre il y a longtemps déjà et je n'arrivais pas vraiment à en parler... Oui il m'a bousculé ce livre … Énormément.

Merci à NetGalley et aux Éditions Julliard 

Quant à vous, je vous invite à lire ce livre et non pas les faits d'hiver dans les journaux  car oui ceci n'est pas un fait divers ! 


lundi 1 mai 2023

Joli mois de mai !


Il est un brin en retard cette année mon muguet, pour raison de sécheresse...

Bonne journée à vous, tranquille à fêter le travail en ne faisant rien ;-) 

Il nous faut bien ça avant notre retraite !

Voici le joli mois de mai ! 

Je vous souhaite du bonheur et rien d'autre mai(s) c'est déjà pas mal ♥

Et comme j'ai cette ritournelle dans la tête depuis ce matin et bien je vous l'offre ♥ 


dimanche 23 avril 2023

Shit ! Jacky Schwartzmann

 


Quand Thibault débarque à Planoise, quartier sensible de Besançon, il est loin de se douter que la vie lui réserve un bon paquet de shit. Conseiller d’éducation au collège, il mène une existence tout ce qu’il y a de plus banale. Sauf qu’en face de chez lui se trouve un four, une zone de deal tenue par les frères Mehmeti, des trafiquants albanais qui ont la particularité d’avoir la baffe facile. Alors que ces derniers se font descendre lors d’un règlement de comptes, Thibault et sa voisine, la très pragmatique Mme Ramla, tombent sur la cache de drogue.

Que faire de toute cette came ? Lorsque notre duo improvisé compare ses fiches de paie avec le prix de la barrette, il prend rapidement une décision. Un choix qui pourrait bien concerner tout Planoise.

Durant vingt-cinq ans Jacky Schwartzmann a enchaîné les petits boulots, autant pour gagner sa vie que pour observer ses contemporains. Il est maintenant auteur et scénariste de bandes dessinées et de longs-métrages. Son parcours à la fois schizophrène et formateur lui a forgé une plume incomparable. Il revient au sommet de son art avec SHIT !. SOURCE NETGALLEY


 #Shit #NetGalleyFrance  

Mon avis : 

Ah ah ! Il y avait longtemps que j'avais noté dans ma petite tête de découvrir Jacky Schwartzmann ! Ses lecteurs avaient l'air de se poiler grave :-) en le lisant.

Alors merci à NetGalley et aux éditions SEUIL de m'avoir offert ce shoot de rigolades !

Pour vous dire la vérité, je n'ai jamais fumé quoi que ce soit (tout ne compte pas ;-)) ... Et sûrement pas de drogue, mais j'imagine à ce que j'ai pu comprendre et/ou lire que ce livre m'a apporté une bonne dose d'hilarité accompagné d'un relent de mauvaise conscience.

Est-ce l'effet "reviens-y" de Breaking Bad ou encore l'accroche de Thomas VDB qui me fait mourir de rire, en tout cas j'ai plongé carrément dans cette lecture et ce que j'ai ri ! Ah oui ça fait bougrement du bien ! 

De plus Thibault le Walter White de ce livre est CPE et a semble-t-il plus ou moins mon âge… (enfin celui de ma tête car j'ai passé début avril le demi siècle !!!!! C'est irréaliste ça non ?!!!) 

J'ai kiffé grave la vision de la vie que Thibault CPE dans un collège de Besançon avait dans cette histoire. Devenu dealer par obligation solidaire.

Le Robin des Bois de Planoise, le quartier chaud et délaissé de la banlieue de Besançon. Car oui Thibault en est persuadé tout cet argent gagné va permettre d'aider les plus démunis de son quartier ! 

Thibault est accompagné par Myriam sa voisine et comparse du début ( très important d'avoir une comptable sous la main dixit Walter White !) et de Samia la belle rebeu professeur de lettres qui aide aussi l'association "Avenir", principal moyen de blanchiment de tout l'argent encaissé.

Thibault a une couverture parfaite … Mais pas pour tous et ce commerce illégal juteux va très vite être au centre des convoitises des autres réseaux ! Il va devoir franchir des lignes et les dérapages ne vont pas être tous maitrisés ...

Un excellent moment de lecture ! 

La seule chose que je regrette c'est que l'auteur 

nous plante là à la fin de son livre ! 

Ben oui quoi, y a bien une deuxième saison quand même ? 

C'est malin me voilà en manque !  

Bon et bien il me reste à lire les autres livres 

de Jacky Schwartzmann qui m'a bien fait kiffer ! 

Quant à vous, je vous invite à Planoise pour vous faire des lignes de "Shit" ! 

Oui rire c'est très bon pour la santé  !!!




Découvrir cet auteur sur Babelio.com

samedi 15 avril 2023

Les fantômes de la nuit des chauves-souris et des hommes Laurent Tillon

 


Depuis les grottes de la préhistoire, les hommes côtoient les chauves-souris, le plus souvent sans le savoir tant elles sont furtives. Qu’elles nous effraient ou nous fascinent, elles demeurent, pour la plupart, encore méconnues et mal-aimées. Passionné depuis l’enfance, Laurent Tillon invite le lecteur à pénétrer discrètement dans leur intimité pour découvrir des animaux aux capacités surpassant de loin les pouvoirs de nos super-héros. Aujourd’hui, la découverte des multiples interactions qui nous lient à elles nous obligent à leur prêter attention. Alors que de multiples crises émergent (biodiversité, climatiques et sanitaires), les chauves-souris offrent des éclairages passionnants sur la manière de reconsidérer nos façons de vivre.
Plus troublant encore : leur vie sociale est si riche et si intense que nous pourrions bien être nous-mêmes au centre des intérêts de ces fantômes qui peuplent nos nuits… SOURCE ACTES SUD

Mon avis :

Quelle belle collection que celle lancée par Actes Sud. La collection "Mondes sauvages" offre un lieu d'expression privilégiée à ceux qui mettent en place des stratégies originales pour être à l'écoute du vivant, c'est ainsi le cas de l'auteur de ce livre Laurent Tillon.

J'avais déjà repéré, grâce à Keisha (merci encore ;-))un précédent titre de cette collection "Etre un chêne" de cet auteur. Alors, lors de la dernière Masse Critique de chez Babelio, la proposition de lecture de ce livre m'a fortement tentée et je l'ai obtenu ! 

Merci à Babelio et aux éditions Actes Sud pour cette très intéressante lecture sur les chauves-souris. 

Animal qui a toujours été pour moi source de curiosités et jamais d'inquiétude. Quel plaisir de les voir voler les soirs d'été ou de les découvrir tête en bas dans des infructuosités. 

L'auteur est passionné et passionnant. Son livre est très instructif et très abordable pour tous.

Je suis heureuse de constater que des hommes tel que lui, puisse être écouté et lu. Oui, car il est si important de se référer à ces personnes à l'écoute du vivant sans autre but que celui-ci !

La chauve-souris est extraordinaire, par ses multiples capacités, par sa vie en société faite de partage et de solidarité au nom du groupe. 

Les moyens techniques ayant fortement évolués, la détection ultrasonore est la technique la plus largement utiliser pour mieux comprendre et analyser les moyens de communication et de déplacements de ces mammifères volants.

Le livre nous décrit très bien tout ces aspects techniques sans être abscons ni ennuyeux ! 

L'écholocation est découverte très tardivement en 1938, oui les chauves-souris "voient" avec leurs oreilles !

Le chapitre 5 "Un monde d'échos" nous explique les évolutions de ce mode d'observation des chauve-souris.

Il y a dans le livre des QR code qui permettent d'entendre les chauves-souris ! 

A la lecture du livre, j'ai été effrayée de constater que l'homme se croit toujours au centre de l'univers et qu'il veut toujours tout maîtriser… Mais au fond, il ne maîtrise vraiment rien et que même pire il prend des décisions qui provoque l'inverse de ce qui serait le mieux pour TOUS les vivants. 

Des décisions, des voies sont prises et conduisent bien souvent à des impasses. Il est temps je l'espère de vivre en bonne intelligence avec tous les êtres vivants et de ne pas toujours tout centrer sur l'homme.

Je crains néanmoins que l'homme aille à sa perte dans son optique égoïste de rentabilité et de centrage suis lui-même

Laurent Tillon apporte une vision si intéressante ici,. Les chauves-souris sont là au cœur d'un système  de bio diversité qui ne fonctionne bien qu'avec tout ces éléments et nous devons faire en sorte de préserver la bio diversité dans son ensemble.

L'explication sur le problème des éoliennes qui tuent de nombreuses chauves-souris et des oiseaux m'a bouleversé… Surtout quand on comprend qu'il y aurait des solutions de bridage...

Même là, le sujet devient politique et économique… 

Oui, à un moment à le lecture de ce livre j'ai eu la sensation de lire une histoire de catastrophe annoncée ! 

Pourtant Laurent Tillon a à cœur de finir son livre sur une note plus positive en mettant en avant des personnes qui s'engagent au nom du vivant. 

Puissent celles-ci faire bouger un peu les lignes  et à nous ouvrir les yeux !

Une lecture que j'ai trouvé très riche d'enseignements sur les chauves-souris et également sur nos relations avec elles et sur le monde du vivant en général. 

Je remercie Laurent Tillon de m'avoir permise de mieux comprendre ces animaux si extraordinaires en étant un interprète génial et de m'avoir ouvert un peu plus les yeux sur l'importance du vivant dans son ensemble.

Quant à vous, je ne peux que vous inviter à découvrir ces animaux fascinants et étonnants au côté de cet homme très intéressant amoureux de tous les vivants, même des fantômes !


"Si on sait que les bouleversements climatiques nécessitent des mesures au long cours pour un résultat qui ne sera visible qu'à très très long terme, il est possible que les efforts que nous pourrions consentir au profit de la biodiversité aujourd'hui puissent porter leurs fruits à l'échelle de notre génération. Devenir acteur quotidien de ce changement invite à reconsidérer les efforts à consentir pour un résultat contemporain. De quoi redonner du sens à l'action individuelle et collective., et à la nécessité de préserver notre environnement et tous les vivants qui l'habitent."



"Avec sa tête étrange, qu'on ne peut trouver sue sur une chauve-souris, j'ai conscience que seul un chiroptérologue peut apprécier cet animal extraordinaire, presque merveilleux. Mais quand même, quelle tronche étrange, avec sa très grande feuille nasale lancéolée qui dépasse largement le sommet du crâne et ses grandes oreilles. Le rythme s'accélère. On sent une énergie spéciale qui nous unit."

Un postcast très intéressant sur le livre peut s'écouter sur FranceInter :

INTERVIEW 


samedi 1 avril 2023

Le bureau d'éclaircissement des destins Gaëlle Nohant




Au cœur de l’Allemagne, l’International Tracing Service est le plus grand centre de documentation sur les persécutions nazies. La jeune Irène y trouve un emploi en 1990 et se découvre une vocation pour le travail d’investigation. Méticuleuse, obsessionnelle, elle se laisse happer par ses dossiers, au regret de son fils qu’elle élève seule depuis son divorce d’avec son mari allemand. 
A l'automne 2016, Irène se voit confier une mission inédite : restituer les milliers d’objets dont le centre a hérité à la libération des camps. Un Pierrot de tissu terni, un médaillon, un mouchoir brodé… Chaque objet, même modeste, renferme ses secrets. Il faut retrouver la trace de son propriétaire déporté, afin de remettre à ses descendants le souvenir de leur parent. Au fil de ses enquêtes, Irène se heurte aux mystères du Centre et à son propre passé. Cherchant les disparus, elle rencontre ses contemporains qui la bouleversent et la guident, de Varsovie à Paris et Berlin, en passant par Thessalonique ou l’Argentine. Au bout du chemin, comment les vivants recevront-ils ces objets hantés ?

 

Le bureau d’éclaircissement des destins, c’est le fil qui unit ces trajectoires individuelles à la mémoire collective de l’Europe. Une fresque brillamment composée, d’une grande intensité émotionnelle, où Gaëlle Nohant donne toute la puissance de son talent. 


 #Lebureaudéclaircissementdesdestins #NetGalleyFrance 


Mon avis :

Le dernier livre de Gaëlle Nohant ne pouvait que me faire très envie alors je l'ai sollicité sur Net Galley et obtenu en version numérique.

Gaëlle Nohant est une auteure que j'aime beaucoup et dans sa bibliographie il ne me reste plus beaucoup de livre à découvrir d'elle.

Découvrir cet auteur sur Babelio.com

Et dans toutes mes lectures, il y a un de ses livres qui reste tout au creux de moi comme une lecture précieuse  : 

" Légende d'un dormeur éveillé " est un livre qui restera en moi longtemps. 
J'ai fait là une très belle rencontre avec cet homme, 
ce poète doué pour vivre et pour aimer 
que vous m'avez fait aimer à mon tour. 
Un homme éperdu de liberté, d'amour et d'amitié. 
Un poète qui fait danser les mots pour couvrir les maux !   
Un homme bon et généreux.


J'ai appris d'ailleurs que c'est grâce à l'écriture de "Légende d'un dormeur éveillé " que Gaëlle Nohant a découvert l'existence de l’International Tracing Service !

https://lubartworld.cnrs.fr/its-archives-bad-arolsen/

Et c'est à partir de ce lieu qu'elle a tissé la trame de son histoire. 

Irène est le personnage principale de ce livre, cette femme qui travaille dans ce lieu et se consacre à remettre aux descendants de déportés, d'exécutés, des objets trouvés dans des camps de concentration.

J'ai fini ma lecture depuis longtemps et je suis embêtée pour en faire un billet. Non pas parce que que je n'ai pas aimé, mais justement et au contraire car j'ai vraiment apprécié ce livre et que j'ai peur d'en abîmer la teneur tant celle-ci est riche ...

Comment ne pas être encore une fois sidérée par toutes ces destins brisés par toutes ces horreurs commises …

Irène a donc comme mission de restituer des objets des disparus aux descendants.

C'est par ce prisme que Gaëlle Nohant enquête sur toutes les horreurs que les déportés, les déplacés, les exterminés ont eu à subir. De nous plonger dans le noir de tous ces destins brisés, de ces vies volées.

Trouver les descendants n'est pas chose aisée et Irène a à cœur de le faire pour apporter des éléments parfois très ténus à des personnes qui vivent avec en eux, des silences, des fêlures immenses. Elle redonne des racines à des vivants. Elle éclaircit les destins.

Dans ce livre, j'ai aussi appris des choses, en premier l'existence de ces archives mais aussi celle des enfants juifs (ceux qui avaient le plus de caractères physiques de types aryens) kidnappés pour être donnés à des familles allemandes pour leur donner une éducation allemande. Tous ces enfants qui ont été "reconditionnés" avec un total mépris de leur véritable famille.

Je suis toujours stupéfaite de ce que les hommes ont pu, peuvent (hélas encore...), faire subir à d'autres hommes, ça m'a toujours beaucoup tourmenté et stupéfaite. 

Alors, ce travail engagé par ces archives me parait essentiel, fondamental. Il permet de redonner des liens, des réponses de redonner un peu d'existence à toutes les personnes disparues, exterminées. 

On raccommode les filiations brisées et Gaëlle Nohant à grâce à ce livre fait parler le passé mais aussi s'intéresse aux répercussions de cette guerre sur le monde contemporain.

Dans une interview de Gaëlle Nohant dans le magazine Page (offert par ma librairie ♥), l'auteure nous dit : 

" Je tenais beaucoup à la dimension contemporaine de ce roman qui n'est pas sur la Seconde Guerre mondiale mais sur les traces transgénérationnelles de cette guerre dans nos vies actuelles".

Gaëlle Nohant a réussi parfaitement grâce à ce livre à nous faire remonter dans cette histoire terrible, avec un travail de documentation extrêmement riche et intéressant.

Par le biais de la restitution de ces objets et avec les personnages fictifs de son roman elle nous plonge dans le destin de toutes ces "Petites" histoires (  au sein de la grande  qui se répercutent encore sur tous les descendants. 

Je vous invite à découvrir les personnes qui peuplent ce roman : Irène, Lazar, Eva, Wita, Elvire et les autres (si j'ai un bémol à émettre pour cette lecture, c'est d'avoir eu du mal, parfois, à comprendre tous les liens entre les uns et les autres).

Merci à NetGalley, aux éditions Grasset 
et surtout à Madame Gaëlle Nohant pour avoir éclairci ces destins 
tout en nous parlant des répercussions contemporaines 
de la Seconde Guerre Mondiale avec justesse et originalité.


dimanche 12 mars 2023

Par la racine Gérald Tenenbaum



Samuel Willar est un écrivain particulier, spécialisé dans la rédaction d’autobiographies imaginaires, tant pour les morts que pour les vivants. Lorsque son père, qui avait peu d’estime pour ce rapiéçage de vies, disparaît à son tour, un numéro de téléphone et une note manuscrite l’orientent vers une nouvelle commande, émanant d’une bibliothécaire de l’institut Rachi de Troyes. Il apparaît rapidement qu’une enquête s’impose, impliquant un voyage en commun à travers la France, l’Italie, la Méditerranée et au-delà. Chemin faisant, au fil des rencontres et alors que les accents d’un poète révolté font écho aux résonances mythiques de la Mitteleuropa, de multiples racines viennent tour à tour livrer leurs secrets. À l’arrivée, l’avenir est à redessiner dans la lumière d’un regard et le halo du destin.

Mon avis :

J'ai déjà lu cet auteur avec son livre "Les harmoniques" VOIR ICI et comme je reçois par mail ses nouvelles parutions, je me suis permise de lui demander s'il pouvait m'envoyer son dernier livre et il m'a gentiment répondu positivement ! 

Je le remercie très sincèrement ainsi que la maison d'édition Cohen et Cohen pour m'avoir offert cette lecture.

Avec ce livre, j'ai fait la connaissance de Samuel Willar, cet écrivain particulier qui écrit des autobiographies sur demande.

" C'est ainsi, il s'en souvient aujourd'hui puisque ce jour n'est pas comme les autres jours, qu'il est devenu autobiographe pour autrui : choisir les textures, prendre les mesures, programmer les essayages, et, à façon confectionner des vies".

Ce livre relate les recherches que Samuel va effectuer pour réaliser celle de Luce. C'est son père  récemment décédé qui va l'aiguiller vers cette commande.

La rencontre avec Luce va les emmener, lui et elle, à la rencontre de leurs racines et les faire se rencontrer.

" Les sens de Samuel sont en éveil, à fleur de peau, comme ce parfum qu'elle porte et qui lui donne à la fois l'envie de laisser faire et celui de prendre l'initiative.
Il y a si longtemps qu'il ne s'est pas ainsi senti exister. Il en va de sa perception de la vie comme de celle de la respiration, elles ne sont palpables qu'à certains instants privilégiées. Lorsque vie et parfum se conjuguent, l'instant devient magnétique et le temps cristallise. "

Il est en effet beaucoup question des racines familiales et des liens paternels surtout. Luce ne connaissant pas son père.

Clara et Jacques la sœur et le frère de Samuel sont aussi des personnages secondaires très sympathiques dans ce livre avec mention particulière pour Jacques (un homme qui aime les cimetières ne peut que me toucher). 

J'ai aimé que cette fratrie soit mise en valeur dans ce qu'elle apporte à chacun et dans les différences que chacun peut vivre avec ses parents.

Le personnage du père Baruch est un brin énigmatique et fort et même par delà sa mort il reste tellement présent… Imprimant chez ses enfants un lourd héritage…

Dans ce livre la musique classique s'impose en arrière fond, une passion pour Baruch le père encore.

Il y a le théâtre qui s'invite aussi à travers le personnage de Luce et également les traditions et la religion juive qui sont dans les racines des personnages. 

J'ai pris plaisir à suivre Samuel dans cette quête des origines qu'il réalise à côté de Luce. 

J'ai eu un peu de mal sur certaines parties où je sentais bien que je n'avais pas tous les "codes" de bonne compréhension notamment quand Samuel doit se rendre au théâtre pour voir la pièce Dibbouk d' Anski. La culture juive fait partie intégrante de ce livre en étant la culture des principaux personnages de l'histoire.

"Ceux qui n'ont pas reçu leur temps sont piégés dans le temps : où iraient les jours qui n'ont pas été vécus, où iraient les joies, où iraient les peines, et où iraient les enfants qui n'ont pas été engendrés ?" 

Dépassant mes lacunes et mes incompréhensions dans certains thèmes, j'ai apprécié cette histoire dans ce qu'elle raconte des vies qui prennent force dans les racines et aussi dans ce qu'elles développent alors, comme les liens de fraternité et les rencontres d'amour et / ou d'amitié qui constituent les branches de nos vies.

L'écriture de Gérald Tenenbaum est très agréable et poétique

 comme dans mes souvenirs de la lecture "Les harmoniques".

Quant à vous, n'hésitez pas à découvrir la plume de Gérald Tenenbaum 

à travers ce livre et/ou les autres !

"Les mots n'ont plus court. 

Le temps fait une pause.

L'étreinte à la saveur de l'immortalité et le tempo d'une sonate pour violon seul."




Découvrir cet auteur sur Babelio.com