lundi 18 février 2019

En attendant la neige Christine Desrousseaux


«  Hier, quand j’ai poussé la porte du chalet, j’ai eu immédiatement l’impression d’être arrivée dans un lieu qui m’attendait. Un lieu possible en tout cas. Un lieu vivable. La pièce unique tapissée de bois, le colossal poêle central, les fenêtres ouvertes sur le velours des prairies, tout m’a plu.  »
 
 
Morez, dans le Haut Jura. C’est là que Vera a décidé de s’exiler quelque temps. Le corps et l’esprit encore endoloris après l’accident de voiture dont elle est responsable et qui a coûté la vie à sa mère, elle investit ce chalet pour se sevrer des médicaments, recouvrer la mémoire et fuir la surveillance de son envahissante sœur.La montagne apparaît en effet comme le lieu idéal pour se reconstruire.
Mais Vera n’est pas la seule à y être venue enterrer son passé et, toute à sa renaissance, elle ignore les menaces qui planent.Des habitants hostiles.
Un voisin aussi séduisant que mystérieux. Et la neige qui risque à tout moment de bloquer la vallée… Source Calmann Levy

Mon avis : 

Livre obtenu dans le cadre de la Masse critique "Mauvais genre" de Chez Babelio. 

Merci à eux et aux Éditions Calmann Levy

Polar se déroulant dans le cadre du Haut Jura , le personnage principal décide de tout quitter et part en retraite dans le chalet isolé d'un ami exilé lui au Canada. 

Elle a vécu et survécu a un terrible accident . Dans un besoin de se ressourcer elle rejoint alors ce chalet en plein hiver. 

Isolée, elle va vite se sentir démunie et ses fréquentes crises de narcolepsie vont la mettre en fâcheuse posture, là haut sur la montagne ...

Un homme va néanmoins être là pour l'aider, il habite le chalet voisin. 

Lui aussi est là pour d'obscures raisons, il recherche une femme, quelle femme, ça vous le découvrirez dans l'intrigue en lisant le livre.

Difficile de vous parler de ce roman sans vous dévoiler l'intrigue... Comme tout polar quoi...

Alors, ce que je peux vous dire, c'est que j'ai moyennement adhéré à l'histoire, surtout celle de cet homme Andréa Bellmer. Pourquoi, et bien j'ai trouvé cette intrigue un peu trop alambiquée et pas très crédible. L'auteure nous perds un peu trop sur des chemins très tortueux...

Et puis dès le départ, j'ai eu le sentiment de déjà vu sur bien des éléments... Je lis trop de polar peut-être...

La psychologie de Véra et sa reconstruction après l'accident, cette volonté de se passer de médicaments et ses différentes étapes dans sa vision de l'accident m'a en revanche davantage plu. 

L'énigme du deuxième personnage était pour moi de trop.  L'histoire de Véra aurait gagné à ne pas s'éparpiller en tout sens en multipliant les intrigues.

Le travail sur la psychologie du personnage de Véra aurait à elle seule pu faire une belle histoire selon moi...

Lu sans déplaisir mais avec un sentiment que l'auteure en faisait un peu trop... Et que certains personnages étaient un peu trop alambiqués ou même caricaturés... 

Pendant ma lecture la neige est tombée, je ne l'attendais donc plus...


Quant à vous si vous voulez savoir comment Véra va sortir de cette histoire
et bien n'attendez pas la neige,
lisez le ! 

P.S : Pourquoi désormais les jolies photos des livres ne sont plus imprimées directement sur les couvertures mais sur les bandeaux amovibles ? Je trouve ça dommage ...




dimanche 27 janvier 2019

L' Embellie - Auður Ava Ólafsdóttir

C’est la belle histoire d’une femme libre et d’un enfant prêté, le temps d’une équipée hivernale autour de l’Islande.
En ce ténébreux mois de novembre, la narratrice voit son mari la quitter sans préavis et sa meilleure amie lui confier son fils de quatre ans. Qu’à cela ne tienne, elle partira pour un tour de son île noire, seule avec Tumi, étrange petit bonhomme presque sourd et affublé de grosses loupes en guise de lunettes.


Avec un humour fantasque et une drôlerie décapante, l’Embellie ne cesse de nous enchanter par cette relation cocasse, de plus en plus attentive, émouvante entre la voyageuse et son minuscule passager. Ainsi que par sa façon incroyablement libre et allègre de prendre les péripéties de la vie, et de la vie amoureuse, sur fond de blessure originelle. Et l’on se glisse dans l’Embellie avec le même bonheur immense que dans Rosa candida, en une sorte d’exultation complice qui ne nous quitte plus. Source ZULMA
Mon avis :

Deuxième lecture de cette auteure dont j'avais aimé il y a longtemps son


(en relisant mon avis je me rends compte qu'à l'époque je n'étais pas fan des couvertures des Éditions Zulma et que maintenant je les aime ... Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...  


J'ai emprunté ce livre à la bibliothèque où travaille mon amie Wal, si je mets aussi à emprunter des livres je n'aurais pas assez de temps pour tout lire... Mais bon, c'est avec grand plaisir que je me rends à un comité de lecture, dans cette bibliothèque alors je ne résiste pas parfois...


Lecture très agréable, un peu différente. J'ai suivi avec beaucoup de plaisir cette femme dans une espèce de fuite qui finalement ressemble plus à un pas de côté, une volonté de se retirer pour mieux se retrouver.

Quittée par son mari, la narratrice (dont on ne connait finalement pas le prénom...) partira sur les routes en Islande avec l'enfant de sa meilleure amie Audur hospitalisée à la suite d'une chute devant chez la narratrice alors qu'elle est en fin de grossesse jumélaire.

L'enfant , c'est ce petit garçon tout frêle et un peu différent qui se prénomme Tumi.

Le personnage de cette femme m'a touchée, même si a un moment au début de l'histoire et comme son mari j'ai pu la trouver un peu trop détachée de tout, comme désincarnée... Elle ne fait rien pour se rendre intéressante. Les évènements semblent lui glisser sur la peau sans faire aucune marque...

Mais c'est finalement la construction de cette personnalité tout en détachements qui a su capter mon attention. 

" Vue sous cet angle, je suis une femme sans traits particuliers ni cicatrices visibles, tout juste un grain de beauté minuscule sur sa peau pâle, des cheveux bruns, des yeux verts, ainsi qu'il est signalé sur mon passeport. Comme je n'ai pas a aider un enfant à se brosser les dents ni à enfiler son pyjama, ni à lui lire ensuite la même histoire pour la soixante-dix-neuvième fois, je pourrais tout aussi bien me faire couler un autre bain au bout de deux heures. Ou bien rester couchée là. La question que je dois me poser, c'est de savoir si on me regretterait au cas où je déciderais de ne plus refaire surface. Et aussi : une jeune femme peut-elle se noyer dans son bain sans crier gare, est-il imaginable de mourir d'un excès de félicité dans un bain moussant ? Et lui, en serait-il chagriné ? Est-ce que je rate quelque chose ? "

On a ici un humour très caustique, cette femme à une vision de la vie, du couple et des enfants qui m'a parlée.

Cette mise à distance qu'elle a vis a vis des autres et d'elle-même nous fait voir la vie autrement.

Tout le long de son périple sur l'île noire avec Tumi, elle va changer petit à petit en profondeur. Elle va devenir malgré elle un peu maman.

"Lorsque je remonte la côte en courant, je le vois venir à ma rencontre en chaussettes et tout trempé. il me tend les bras et je soulève ce poids plume. Il a le visage déformé par l'inquiétude, marqué de rides comme un petit vieillard. On ne voit pas ses yeux derrière les lunettes embuées de larmes, son cœur bat à se rompre comme celui d'un petit oiseau. "

Il y a des situations incongrues, des rêves, des flash-back sur son enfance et de la voyance pour son futur.

Parfois quelques ellipses, des moments hors du temps entre rêve et réalité... J'ai aimé ressentir ces impressions de flottements (loin de l'écriture de Agnès Martin-Lugand... désolée mais c'est si linéaire...).

Il y a aussi la chance qui guide et l'amour qui s'insinue là où on ne l'attend pas .

Il y a les paysages lunaires de l'Islande.  

" Le temps s'est levé et de la vapeur s'élève des anfractuosités çà et là, des pointes de lavent percent la mousse un peu partout. La lune comme un ballon nous suit, rebondissant d'un sommet à l'autre au bord des cratères, elle fait des ricochets sur nos talons, roule sur les dunes de lave et s’agrandit à chaque changement de direction comme le pupille d'un oeil dont la clarté jaune se poserait sur nos nuques. Soudain elle disparait derrière les nuages et le monde s'obscurcit à nouveau."
On croise des animaux, une oie en autre, qui sera écrasée par la femme. On a des recettes de cuisine, l'auteure en fin d'ouvrage et par l'intermédiaire de la narratrice nous présente 47 recettes et cuisine et une recette de tricot.

 

Celles-ci ont jalonné l'histoire et sont autant de clins d’œil délicieux. Un régal jubilatoire !!!


Une belle lecture, un brin fantasque.
Une femme détachée qui devient attachante.

Une histoire qui parle de maternité 
(comme dans Rosa Candida) et de non maternité.

De ces liens d'amours qui peuvent nous unir 
sans forcément être des liens familiaux.
Une femme qui m'a parlée intimement.

Partez vous perdre en compagnie de Tumi et de cette femme, 
vous vous y retrouverez sans doute... 




 Quant à moi je vais continuer à lire cette auteure ♥ 
il m'en reste à découvrir et j'aime beaucoup son style.


"Le désert n'est plus devant nous mais derrière et le chalet d'été à portée de main, juste après un petit fjord et une lande. Et tout à coup, alors que je traverse encore un nuage bas qui descend jusqu'à la lave brûlée, l'idée m'effleure que je me trouve à égale distance du début et de la fin et je ne peux me figurer sur le moment s'il faut mesurer cette distance en années ou en kilomètres. Il y a en tout cas assez de place devant moi et suffisamment de temps, assez de temps passé aussi. En ne suivant pas la marche des aiguilles sur la montre du divorce, mais en faisant le tour de l'île dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, j'ai non seulement un temps d'avance, mais je me prends moi-même constamment au dépourvu, je finis même par me rattraper. "


Découvrir cet auteur sur Babelio.com

samedi 19 janvier 2019

Ô Orchidées ! Pascale de Trazegnies Illustrations de Djohr



          «Bel oiseau tu t’envolas (…) Plus haut plus loin/
Pour nous ramener ce bel amour/Ô orchidée»

Ce très bel herbier recense 100 orchidées par le prisme de la littérature. Simone de Beauvoir, Confucius, Jean Cocteau, Mahmoud Darwich, Pierre Loti, Ryû Murakami, Rainer Maria Rilke, George Sand, Boris Vian… 100 auteurs racontent cette fleur mythique qui inspire autant de dégoût que de fascination. Car seule l’orchidée, dans son étrange beauté, suscite une telle relation Amour-Haine.
L’artiste Djohr illustre ce très bel ouvrage en faisant des collages à partir de gravures du XVIIIe représentant des orchidées du monde entier.

Mon avis :

Quel beau cadeau j'ai reçu de mon site fétiche BABELIO ♥ juste avant Noël !

Oui je suis gâtée et merci aux Editions Flammarion pour ce si beau livre !

Un si beau livre sur un si beau sujet :


Ô Orchidées ! 



Ma tâche est grande pour vous parler de ce livre, un si beau livre qui s'effeuille à la maison et qui ne mérite pas le trimbalement quotidien à bord d'un TER ! Ceci pour vous expliquer que j'ai pris le temps de le lire et de flâner parmi ces fleurs et cet herbier littéraire (désolée pour le retard dans mon avis pour Babelio). 

Je l'ai lu néanmoins du début à la fin, mais je sais que je piocherais désormais et en deuxième lecture délectation, au gré de mes envies, comme à un détour et une découverte d'une fleur nouvelle et intrigante.

On a ici un savant mixage de botanique et de termes techniques (labelle, labellum, bulbes, sépales, lobes basilaires ...) mais sans trop, car l'auteure s'attarde à nous présenter les orchidées à travers les écrivains. 

Oui, c'est un herbier littéraire qui s'organise en cinq chapitres catégorisant ainsi le rapport des écrivains à cette fleur. Nous avons "Les émerveillés " , ceux "Un peu de mauvaise humeur " , ceux encore " En plein paradoxe " , puis les amoureux et les mélancoliques et enfin les " Eros" ♥

Je suis davantage du côté des émerveillées avec un soupçon d'amour de mélancolie et de sex...sensualité...

Suis-je orchidophile ? Non, je ne peux le prétendre, mais je peux tout de même me vanter de faire refleurir mes phalaenopsis ! 




Je ne suis pas une chasseuse d'orchidées même si je suis toujours fascinée par les botanistes et adore lors de randonnées, découvrir ces fleurs dans des endroits magnifiques. 


Ô Orchidées ! 


O de aux orchidées

R iche de toutes ses variétés 

C itations de Confucius au  White Stripes

H istorique de leur découverte, voyage et implatantion

I maginaire et illustrations de Djhor 

D étails des couleurs et formes, précis de botanique

E légance des orchidées

E nnivrement des senteurs et passions

S exualité et sensualité 



Ce livre est très riche de ses magnifiques illustrations qui accompagnent de façon très juste les textes mis en valeur.

Ces illustrations sont de Djohr, artiste que je ne connaissais pas mais qui m'a enchantée. 






Elle a fait ses illustrations d'après l'ensemble d'études botaniques de dix volumes "Flore des serres et des jardins d'Europe ". 

Vous pouvez ici même le consulter.

J'ai eu envie de reprendre le crayon pour quelques croquis ... pour le plaisir immense des formes et des couleurs. 




Merci, Ô Babelio ! 
et merci Ô Flammarion 
Merci Ô Pascale de Trazegnies 
Merci Ô Djohr
pour cette lecture enchanteresse 
au pays des Orchidées ♥


tous les livres sur Babelio.com




"Je traite les orchidées comme mes plus virtueux et dignes amis. Le matin, je reçois la faveur de leur parfum. Le soir, je jouis de la beauté de leurs fleurs. Amenant mes livres et mon vin, nous lisons et buvons ensemble." Lo-Chin


@ Didi été 2018

" Comme il est doux de te voir, orchidée diaphane,
Quand pâle, tu te dresses au milieu des prés ;
exhalant ton parfum, tu libères ton âme
Une fois que le soleil a décliné.
Quelle joie d'entendre ta chanson, 
Toi , la grive,
Quand , dans la cime du sapin,
Dans le repos du soir, 
Tu clames le bonheur
A l'idée de l'aube future.
Apprends-moi, orchidée, le doux chagrin
Qui subsiste quand le désir s'en est allé ! ... "

Albert Theodor Gellerstedt


samedi 12 janvier 2019

2018 - Mon année de lecture

Un petit bilan pour cette année 2018, derrière nous déjà ! 

J'ai pris l'idée d'un questionnaire permettant de parler de pas mal de mes lectures.

20 questions pour faire un petit tour de mes lectures 2018 !


Merci entre autre, à Jérôme du blog " D'une Berge à l'autre "qui m'a inspiré 

(et d'autres aussi de la blogosphère qui lit) et a été inspiré lui-même par des blogueurs !

Vive la Blogosphère qui lit ! 

N'oubliez pas de cliquer sur les titres des livres ♥


1 - Ma première lecture de l'année 2018 


Une de mes meilleures lectures de l'année, une superbe lecture ♥





" Légende d'un dormeur éveillé " de Gaëlle Nohant 
est un livre qui restera en moi longtemps. 
J'ai fait là une très belle rencontre avec cet homme, 
ce poète doué pour vivre et pour aimer 
que vous m'avez fait aimer à mon tour. 
Un homme éperdu de liberté, d'amour et d'amitié. 
Un poète qui fait danser les mots pour couvrir les maux !   
Un homme bon et généreux.

2 - Le livre le plus bref que j'ai lu ?




"Une lecture très très rapide, je n'avais pas les numéros de pages dans cette version numérique (même si je les ai vu après...) et alors que j'ai été surprise de me trouver à la fin de ce roman, un peu sur ma faim aussi ..."

3- Le livre le plus dépaysant 



" Partez en voyage grâce à Stéphanie Ledoux.
Le voyage sera beau et dépaysant 
et surtout profondément humain ! "

4 - La plus belle couverture de l'année 

J'hésite, j'hésite, entre les deux mon cœur balance ♥♥


" Mais cette histoire est digne d'un film de Hayao Miyazaki. Peut-être parce que la couverture de ce roman de Yuji Moriguchi m'a totalement subjuguée. Une illustration très sensuelle, sexuelle même et qui illustre à merveille une des scènes du livre. "

ou 

Concours pour le Paradis de Clélia Renucci

" Le peintre au centre de toute l'attention reste Véronèse, un personnage reflétant magnifiquement cette époque, un magnifique artiste !

D'ailleurs la double couverture du livre est un détail du très beau tableau de Véronèse :

Junon déversant des dons sur Venise, détail, 1554-1556, 
Véronèse (Venise, Palais des Doges, Salle de l’Audienza) "



5 - Un nouvel auteur découvert cette année ? Deux...

Alice Zeniter côté féminin avec
" L'art de Perdre "



" J'ai particulièrement aimé ce livre, l'auteure est d'une intelligence qui m'a touchée. J'ai pris un immense plaisir de lecture. J'ai adoré m'immerger dans les pensées et les vies des membres de cette famille entre Algérie et France. "

et 

Olivier Norek côté masculin " Entre deux mondes "



" Je n'avais pas encore lu cet auteur, croisé pourtant au Quais du polar l'année dernière et lu par mes amies et ma sœur (Code 93, Surtensions...) . " 

6- Le livre dont l'écriture m'a éblouie ?




" Une très bonne lecture que j'ai vraiment appréciée,
 une belle découverte pour moi qui n'avais jamais encore lu cette auteure.  
Un livre que je vous invite fortement à découvrir, 
pour rentrer au cœur des foyers de cette banlieue américaine.  "

7- Le meilleure personnage de l'année ?



" Victor est vraiment un personnage attachant, il m'a émue, attendrie. J'ai découvert un profond humaniste à une époque où cela n'allait pas de soi. "

8 - Le livre que j'attendais le plus ?



" En résumé et parce que parlé d'un livre de 945 pages n'est pas aisé, 
je vous dirais que si ce livre n'est pas le gros coup de cœur attendu 
(au vu des critiques que j'ai pu lire), 
celui-ci m'a plongée avec bonheur dans les années 20 
au cœur d'un New-York d'ombres et de lumières totalement fascinant ! "

9 - Le livre le plus déstabilisant ?




" Je suis décalée avec cet avis très divergent des autres que j'ai pu lire sur Babelio, même si j'ai tout de même trouvé un avis qui représente bien mon ressenti...Ouf. "

10 - Le livre le plus inattendu ?

Celui écrit par une amie d'enfance que je n'avais pas revu depuis longtemps

Valérie Thévenet et ses livres 

 " Le voile du crépuscule " lu en décembre et non chroniqué 

Merci chère Val., j'ai passé un bon moment avec Mathilde cette jeune adolescente qui vivant une mauvaise passe va se retrouver embrigadée par des gens très mal attentionnés. Une bonne analyse du mal être adolescent, des phénomènes de harcèlement et des dérives d'embrigadement et un sujet d'actualité brûlante. 



Bravo ! Tu as toujours eu moult talents et tu confirmes celui de l'écriture ♥ Merci

et " Quand la montagne ne nourrit plus la mer " je ne l'ai pas encore lu,
 il s'agit de son premier livre




11 - Le livre que j'ai enfin lu ?



" Ciel d'acier " de Michel Moutot 


" Ce livre m'a gentiment été prêté par une lectrice participant au comité de lecture auquel je me joins dès que je le peux. C'est mon amie Wal qui organise dans sa bibliothèque ce rendez-vous mensuel, alors c'est aussi un rendez-vous amical ♥ et agréable. "

                            12 - Le plus gros pavé ?

" Le gang des rêves " de Luca Di Fulvio




" Ce livre est un pavé de 945 pages ! Il rentre donc dans ma participation au challenge pavé de chez Babelio ! "


12 - Le livre le plus émouvant ?




" Ce livre était en lice pour le Goncourt mais n'a pas été retenu... C'est dommage, mais il a eu le Goncourt des Lycéens et je trouve cette récompense très enthousiasmante et importante. La jeune génération vivant au quotidien une mixité de population, ce livre lui aura parlée de façon puissante et sensible. Dans la quête de ce que nous sommes et de ce que l'on va et veut devenir. La vie en somme... "

14 - Le livre le plus drôle ?

Hop, voilà deux titres : 

Un roman jeunesse 




et une BD !







" La Magicienne " 

non chroniqué... Mais adoré ;-)

15 - Le livre qui m'a appris ce que j'ignorais totalement ?

La quarantaine de livres lu cette année, tous m'ont appris des choses. 


16 - Ma dernière lecture de l'année ? Mes...



et 






Deux modestes actions :

Une pour " les Restos du Cœur "

et l'autre pour " Le rire Médecin "  


17 - Le plus beau titre de l'année ?

"Légende d'un dormeur éveillé " de Gaëlle Nohant





18 - Le meilleur recueil de nouvelles de l'année ?




" Au final un recueil qui se déguste comme une boîte de chocolat, 
ben oui on ne sait jamais sur lequel on va tomber ! 
(dixit Forest Gump comme vous le savez) !

Merci Anna Gavalda, merci de m'avoir confier ces gens. 
Ils sont devenus un peu par votre intermédiaire mes amis aussi. 

Fendez vous aussi votre armure, ça ne peut que faire du bien ♥ "

19 - Le livre le plus ennuyeux de l'année ?

" Ils vont tuer Robert Kennedy " de Marc Dugain

D'ailleurs je ne l'ai pas chroniqué... Mais cette théorie du complot m'a saoulée ! 
Dommage j'avais adoré " Avenue des Géants " de cet auteur (lu en janvier 2014)  

20 - Le plus gros raté de l'année ?

Et bien soit le plus ennuyeux voir question 19 
soit le plus déstabilisant question 9.




Voilà, j'ai pu vous parler de mes lectures à travers ces 20 questions !

J'espère que vous aurez pris plaisir à me lire et à découvrir mes lectures !


Vous pouvez me retrouver sur Babelio 

sous le pseudo Didili et voir encore plus de mes lectures.

Merci et @ bientôt