mercredi 30 novembre 2022

Mes amis devenus Jean-Claude Mourlevat

 


Lorsque Jean a mentionné l'idée d'un week-end de retrouvailles, Silvère a d'abord renâclé. 40 ans plus tard, à quoi bon ' Observer sur le visage des vieux amis le reflet de sa propre décrépitude ' Merci bien. Seulement Silvère est là qui les attend, au débarcadère du port d'Ouessant. Dans quelques minutes, le bateau accostera et ils en descendront : Jean, bien sûr, mais aussi Lours', le géant triste, Luce, la fantasque, et Mara, Mara surtout, dont il n'est pas sûr d'être complètement guéri. Passé et présent se confondent, espoirs et regrets, alors que le club des cinq s'apprête à se reformer... " C'est une réussite. Très belle plongée dans la nostalgie ! " L'Écho de l'Ouest " Beaucoup d'atmosphère et de nostalgie dans ce très joli roman. " Le Progrès Cet ouvrage a reçu le Prix littéraire des lycéens et apprentis des Hauts-de-Seine 


Mon avis :

Jean-Claude Mourlevat est un auteur que j'apprécie beaucoup. 

J'ai déjà lu pas mal de ses livres, voyez plutôt  : 

"Terrienne "

"Et je danse aussi "

"Oh happy day"

"L'enfant océan "

"Silhouette" 

et aussi les deux tomes de "La rivière à l'envers" mais que je n'ai pas chroniqués car lu avant mon blog (si si c'est possible... )

Il a beaucoup écrit pour un lectorat jeunesse mais pas seulement et à chaque fois qu'il a écrit pour les plus grands je l'ai lu avec plaisir.

Monsieur Mourlevat habite dans mon département la Loire 42 et j'ai eu à plusieurs reprise la chance de le croiser à la Fête du livre de Sainté.

Cette année 2022, je n'ai pas résisté et je suis allée le saluer et me faire didicacer ce roman et également un autre en jeunesse "Jefferson". 

J'aime bien aussi lire de la littérature jeunesse et sous la plume de Jean-Claude Mourlevat c'est toujours super alors ! 




" Pour vous, Didi avec amitié ce roman de retrouvailles. " 
"Merci de votre belle fidélité !" ♥ 

Et bien merci à vous très sincèrement, Monsieur Mourlevat pour mes belles lectures, celles d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Une Didicace qui me fait plaisir !

Alors que dire de ce livre. Je l'ai beaucoup aimé ♥ et oui encore une belle lecture, emprunte d'humour, de douceur, d'amitié et d'amour.

Une lecture qui nous fait plonger dans la nostalgie et nous retourner sur le temps qui passe.

Silvère a acquiescé à l'idée de son ami de toujours Jean, ils vont réunir leurs amis d'enfance qu'ils n'ont pas revus depuis 40 ans ! Ah que le temps file vite ! 

En les attendant à Ouessant où les anciens amis vont débarquer, Silvère va se replonger dans sa vie dans les moments importants et plus particulièrement revivre les moments de rencontre avec ses amis là.  Ses amis qu'il va revoir enfin et que la vie a éparpillée.

J'ai vraiment aimé cet homme, avec ses fragilités, sa simplicité, sa gentillesse.

Et puis il y a son amour pour Mara qu'il a dû enfouir au plus profond de son âme quand elle lui a dit non. Sa plus grande déception, celle qui le hante encore et toujours malgré la vie qu'il a construit. Son amour de jeunesse, son premier amour.

Le livre parle beaucoup du passé, les flash back sont nombreux mais les quelques jours qui réunissent enfin les amis à Ouessant sont l'occasion de revivre tout ces moments et d'échanger sur la vie.

Que peut-on se dire après 40 ans passé ? Qu'est ce que les personnes ont construit chacune de leur côté ? Quels souvenirs commun les lient encore et toujours, comment vont se comporter les uns et les autres ?

Vous le saurez en lisant ce très bon livre qui m'a fait sourire et m'a ému.

Une très belle lecture encore que m'a offert Jean-Claude Mourlevat. Un livre où l'amitié est mise à l'honneur avec la très belle relation entre Silvère et Jean. 

Merci merci vraiment pour cette belle lecture !

Quant à vous mes amis n'hésitez pas à lire cet auteur dûment recommandable ♥

 

samedi 12 novembre 2022

L'espion qui aimait les livres John le Carré

 



Julian a volontairement troqué son job lucratif à la City contre une librairie dans une petite station balnéaire de la côte est anglaise. Mais à peine est-il installé qu’un visiteur surgi de nulle part vient bouleverser sa nouvelle vie : Edward, immigré polonais habitant la vaste demeure en bordure de la ville, semble en savoir beaucoup sur sa famille, et porter trop d’intérêt à la bonne marche de son entreprise.

Lorsqu’une lettre parvient entre les mains d’un haut gradé des Services, l’avertissant qu’une taupe organiserait la fuite d’informations confidentielles, son enquête le conduit jusqu’à cette paisible localité du Norfolk.

Dans L’Espion qui aimait les livres, John le Carré révèle les affres et les doutes des agents secrets, dans l’exercice de leur fonction comme derrière les portes closes de leur foyer. Par-dessus tout, il dénonce comme jamais auparavant les faiblesses du Renseignement britannique. Un roman passionnant, point d’orgue d’une œuvre grandiose. SOURCE SEUIL


Mon avis : 

Proposition de masse critique particulière de la part de mon fournisseur de lecture préféré "Babelio", j'ai répondu favorablement pour ce livre et je l'ai reçu dans ma boîte aux lettres 

Il y a très longtemps, (bien avant la tenue de mon blog ...) j'avais lu "La constance du jardinier" de cet auteur, je n'ai hélas pas trop de souvenirs, mais j'avais aimé, je pense…

Le titre de celui-ci m'attirait "L'espion qui aimait les livres", je ne pouvait que succomber.

Mais bon, mon attirance a été de courte durée et je peux dire que cette lecture ne m'a pas réellement conquise.

Il a manqué selon moi, d'une peu de "liant" entre les différents personnages de ce roman et surtout d'explications.

Julian apparait comme le personnage "candide" en quelque sorte de cette histoire ou l'espionnage et le contre espionnage et les espions qui s'espionnent ont semé le  trouble dans mon esprit

Qui est qui, que font-ils, au nom de qui ? Voilà autant de questions restées pour moi sans réponses 

Julian le personnage qui ouvre sa librairie m'a plu mais son personnage n'est pas tellement mis en avant

On comprend qu'il est le fils d'un espion et qu'il a décidé de changer de vie professionnelle en passant de trader à libraire… Un grand écart qui est assez brumeux et que j'aurais apprécié voir un peu expliqué.

L'entrée en scène d'Edward, l'énigmatique Edward va prendre en main la création de sa librairie….Comme ça, l'air de rien…. Edward a bien connu le père de Julian, dont on ne sait pas vraiment grand chose aussi, comme son fils d'ailleurs

Dans ce livre, les divers personnages se trouvent en parallèle et les chapitres alternent en passant  des uns aux autres et j'ai eu du mal à faire les liens entre eux.

On se doute bien que tout va se rejoindre sur la fin et que le livre s'achemine vers ça, mais honnêtement pour moi il manque des explications, des petits guides pour le lecteur et même à la fin je n'avais pas vraiment tout saisi.

J'ai appris par la suite, que ce livre n'a pas été édité du vivant de l'auteur, mais que c'est un de ses fils Nick Cornwell qui l'a sorti a titre posthume… 

Alors, selon le fils c'est parce que ce livre en disait trop sur le renseignement et que John le Carré se serait abstenu par respect pour ses anciens employeurs ... Mais pour moi c'est peut être parce qu'il manquait dans ce livre des éléments reliants tous les personnages et que John le Carré n'était pas satisfait de son travail d'écrivain....

Mais je fais là, bien des suppositions hasardeuses et je vous invite à lire la postface du livre où le fils de John le Carré s'exprime au sujet de son père et de ce livre.

Toujours est-il que au final,  je n'ai pas tellement aimé cette lecture. Tout d'abord, pour son côté un peu "non finalisé ".  Je n'aime pas ne pas tout comprendre dans une histoire, et là les zones d'ombres étaient un peu trop nombreuses à mon goût et elles ont gâché ma lecture

Je remercie néanmoins Babelio et les éditions SEUIL

 pour m'avoir offert ce livre. 

Je suis désolée de ne pas en faire vraiment une promotion formidable… 

Je me rends compte aussi que mon billet est nébuleux et pas très bien construit, je m'en excuse.

Mais il reflète le brouillard qui m'a assailli à cette lecture

Mais je sais que l'œuvre littéraire de John le Carré, n'en a pas vraiment besoin et que vous trouverez bien d'autres romans pour vous faire plaisir.

Découvrir cet auteur sur Babelio.com

Bon long week-end les amis et belles lectures à vous 

dans cet automne qui semble enfin s'installer  !


mercredi 19 octobre 2022

La théorie des étoiles filantes Maxence Fermine

 


En rejoignant une station d’observation en plein cœur des Hautes-Alpes, l’astronome Alexandre Dreamsen espérait oublier son divorce houleux, la fuite de sa maîtresse et autres vicissitudes du quotidien. Mais c’était sans compter un vortex polaire, un phénomène de dépression d’altitude rarissime. Forcé d’attendre avec ses compagnons d’étude une météo plus clémente pour redescendre, finira-t-il par entendre le chant des étoiles ? SOURCE Michel Lafon

Mon avis :  

Lecture aussi rapide qu'une étoile filante, il faut dire que le livre compte seulement 200 pages.

Je n'avais jamais lu Maxence Fermine et pendant très longtemps je pensais que cet auteur était une femme… Pourquoi, je n'en sais rien. Je voudrais lire de lui "Neige". 

L'auteur doit avoir un lien particulier avec la neige car ici aussi la neige est très présente.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, je détestais l'humidité mais j'étais amoureux de la neige. C'est seulement quand elle tombait sans discontinuer, me prenant au piège de son linceul blanc comme c'était le cas à présent, que je commençais à me lasser d'elle.
La neige était certes plus subtile que la pluie, aussi silencieuse que l'autre était bruyante. Elle était légère, aérienne et tourbillonnante, ce qui avait le don de me mettre le cœur en fête. Elle témoignait aussi de prouesses architecturales dont la nature était capable. Il n'y avait qu'à étudier les cristaux de neige, ces molécules d'eau froide saturée d'humidité, pour succomber aux joies de la cristallisation.

Dans cette histoire le narrateur, Alexandre Dreamsen, nous embarque au sein d'une station d'observation dans la montagne. Cette station prend d'ailleurs assez vite des allures de vaisseau spatial.

C'est tellement compliqué, l'astronomie, il faudrait au moins toutes une éternité pour en percer les mystères. La théorie des étoiles filantes est une croyance populaire attribuée à certaines peuplades dites primitives, selon laquelle cette pluie de météores représenteraient l'âme des défunts en partance pour l'autre monde. Ces âmes seraient ensuite chargées d'apporter les vœux au paradis pour y être exaucés.

On comprend assez vite qu'il s'est engagé dans ce travail suite à de nombreuses mésaventures dans sa vie privée et que c'est un peu une fuite en quelque sorte… 

Alors, comme dans un élan de dernière minute, cette mission lui semble être une bonne idée.

Mais, c'est sans compter sur ce vortex polaire qui coince tous les personnes là-haut au cœur de l'observatoire. Et la fuite d'Alexandre va vite ressembler à un piège pour lui …

Alexandre coincé, va n'avoir qu'une envie : redescendre en bas. Comme cela n'est pas possible il va partir à la rencontre des autres qui sont là haut avec lui et de l'univers de grand froid qui y sévit.

Le personnage d'Alexandre Dreamsen semble un peu détaché de tout, il s'est laissé vivre. Prenant tout ce qui pouvait lui faire plaisir. 

Entre Constance et Ambre, le choix était cornélien. Mais je dois avouer en dépit du bon sens, je n'avais jamais vraiment choisi. Comme aspiré par la force gravitationnelle d'une planète, je m'étais laissé entraîner dans le champs de cette double relation sans prendre la mesure des éventuelles et dramatiques conséquences qu'indubitablement elle finirait par engendrer.

Aujourd'hui je ne sais toujours pas comment j'avais pu en arriver là, à cette situation certes cocasse et divertissante à plus d'un titre, mais extrêmement épuisante pour un homme qui venait tout juste de fêter son cinquantième anniversaire

La rencontre entre son (ex) femme et sa maitresse résultat de son exode sur les hauteurs ne m'a pas trop convaincue. Et bien oui, ils étaient sur le point de divorcer alors pourquoi la maîtresse se barre le laissant sur son lit d'hôpital  alors là, je ne vois pas 

Le livre nous dresse le portrait d'un homme qui se laisse guider sans prendre vraiment de décision… Il n'a pas vraiment de caractère. Il ne m'a pas forcément agacé, comme il a pu le faire à certains lecteurs à ce que j'ai pu lire dans les avis des lecteurs, mais il ne m'a pas non plus trop enthousiasmé.

Dans les différents personnages qui travaillent à l'observatoire c'est bien le personnage de Shogun qui met de l'ambiance qui a raflé mon attention ! 

Personnage truculent, aux idées hautes en couleurs, pour qui seules la neige et la montagne ont grâce à ses yeux.

L'auteur s'amuse à faire des rapports entre le cosmos et la vie de Dreamsen et nous distille dans son livre et sans en avoir l'air un message sur le dérèglement climatique.

Un livre que j'ai pris plaisir à lire mais qui ne me laissera pas forcément une énorme trace dans mon chemin de lectrice. 

J'ai obtenu La théorie des étoiles filantes grâce à mon cher Babelio lors d'une Masse Critique

Merci à eux ♥ et aux éditions Michel Lafon.




jeudi 11 août 2022

Arbres guérisseurs du corps, du cœur et de l'esprit Florence Laporte

 


Chère lectrice, cher lecteur, si ce livre est maintenant entre vos mains et que vous lisez ces lignes, c'est sans doute que les arbres de la forêt ont choisi de vous faire un petit clin d'oeil.
À travers ce livre, Florence Laporte vous invite à la (re)découverte des arbres, formidable ressource pour nourrir l'esprit et prendre soin du corps et du coeur. Elle vous propose de vous connecter à leur énergie afin de retrouver l'harmonie intérieure grâce à leurs multiples bienfaits.
Aubépine, bouleau, châtaignier, chêne, épicéa, frêne,hêtre,noisetier, pommier, tilleuil... partez à la rencontre de chaque arbre, de ses caractéristiques, croyances, symboles et autres anecdotes. Prenez conscience de son pouvoir guérisseur via les nombreuses pratiques traditionnelles de guérison par les plantes. Et créez un moment privilégié avec lui grâce aux exercices, méditations et autres fabrications qui vous permettront de développer une approche méditative et sensorielle.
Pour qui sait ouvrir son coeur et le regarder autrement, l'arbre nous montre le chemin, il a toujours quelque chose à nous enseigner. SOURCE RUSTICA EDITIONS 


Mon avis : 

Un livre sur mes amis les arbres, les arbres qui subissent en cet été caniculaire des incendies ravageurs et le manque d'eau effrayant. Un été meurtrier qui me rend plus que triste et inquiète. Nos arbres sont sources de vie je les ai toujours adulés. 

J'ai coché ce livre par curiosité comme toujours pour la masse critique Non fiction de chez Babelio. 

Ce livre je l'ai lu et consulté avec d'autres lectures cet été (lectures dont je n'ai pas parlé comme des vacances de blog). 

Ce livre est de Florence Laporte, elle est guide nature et membre de l'OBOD (ordre des Bardes, Ovates et Druides) rien que l'appellation me fait rêver.

On peut la retrouver comme il est indiqué dans le livre sur le site :

www.natureetabondance.fr

Toutes les formations et stages me font très envie ... Ce n'est hélas pas à côté de chez moi

Son livre se compose de deux grandes parties :

- Accueillir  l'énergie des arbres 

- A la rencontre des arbres qui nous entourent 

Sylvothérapie, pouvoirs guérisseurs, théorie des signatures, j'ai beaucoup aimé ce que l'auteur nous rappelle dans les liens que les hommes et les arbres peuvent et doivent avoir.

Comme pour beaucoup de choses dans  les rapports nature/humain, l'homme a trop souvent pris ce que la nature lui mettait à disposition, se servant sans scrupule et ne rendant rien ...!

Ce que j'ai aimé là, c'est que l'auteure nous rappelle que le lien doit être réciproque et que l'on doit respecter les arbres pour tout ce qu'ils nous apportent !

J'adore me promener en forêt, rien que les odeurs qui s'en dégagent sont une source de bienfaits, sans compter le spectacle majestueux que les arbres nous offrent : véritable spectacle multi sensoriel : sons lumières et odeurs !!!

L'auteure nous donne dans ce livre des pistes pour des exercices en lien avec les arbres et leurs différents pouvoirs guérisseurs.

Certains exercices proposés de mises en lien peuvent paraitre un peu "compliqués" à réaliser... Enfin pas compliqués, mais de les faire, implique de se l'autoriser sans se préoccuper de l'image des autres. 

Je m'explique, entrer en lien avec un arbre, je le fais, mais je n'ai jamais osé vraiment passer du temps avec un en particulier, car les fois où je l'ai fait j'ai eu des moqueries, pas facile de passer outre les préjugés des autres …

C'est bien dommage, me direz-vous, mais je ne vais pas me contraindre et je vais continuer à me promener en forêts, à caresser les écorces, à les admirer, à les dessiner, à récolter feuilles, fruits et autres cadeaux qu'ils peuvent nous faire. 

D'ailleurs avec toutes les recettes présentes dans ce livre il y a tant de choses possibles !


Forêt de chênes verts Pointe du Payrée Vendée juillet 


J'essaye aussi de savoir de plus en plus identifier les différents arbres que je rencontre et la deuxième partie du livre en présentant une fiche d'identité et un paragraphe : "Comment le reconnaitre" pour 10 arbres les plus présents dans nos forêts va m'aider à l'avenir dans cette identification.

Le frêne identifié grâce au livre !

D'autant qu'il y a de belles photographies portraits des arbres et que le livre est de belle qualité, souple et solide à la fois et avec la couverture qui se replie à l'avant et à l'arrière.



Des informations précieuses et anciennes, des citations, des recettes, des exercices. 

Ce livre est très complet et me permettra de piocher de ci de là des informations et des idées pour me connecter encore plus à mes amis les arbres.

Merci à Babelio et merci aux Editions Rustica 

pour ce sympathique cadeau mettant en avant les arbres 

et leurs éternelles sources de bienfaits !

Quant à vous tenez vous à l'ombre 

pour lire ou vous reposer,

 si ce n'est au frais… 

Prenez soin de la nature qui vous entoure et ainsi de vous !

Didi @été 2022


"Cherche un arbre et laisse-lui t'apprendre le calme" Eckhart Tolle






dimanche 31 juillet 2022

The last Hanna Jameson


Jon pensait avoir largement le temps de répondre au dernier SMS de sa femme. Mais alors qu’il prend son petit-déjeuner dans le hall de l’Hôtel Sixième en Suisse après une conférence, le monde se rappelle à lui avec d’atroces nouvelles. Washington DC a été effacée par une bombe nucléaire. Plus de nouvelles de New York. Londres s’est éteinte. Berlin aussi. Voilà ce qu’il a le temps de comprendre avant que les médias et les réseaux sociaux soient coupés à leur tour. Avant que le ciel se couvre de nuages oranges. Deux mois plus tard, ils sont vingt survivants réfugiés dans cet hôtel connu pour son histoire teintée de suicides et de meurtres. Jon et ses compagnons d’infortune essaient de maintenir un semblant de quotidien. Jusqu’au jour où ils découvrent le corps d’une petite fille. Les provisions s’amenuisent, les tensions s’affutent. Et si finalement le danger n’était pas à l’extérieur ? Source Edition Marabout

 


Mon avis :

Ce livre est conçu comme un journal de bord écrit par un des protagoniste de cette histoire, Jon.

Il fait parti des survivants réfugiés dans un hôtel.

La fin du monde est due à des attaques nucléaires qui ont touchées de très nombreux pays… On n'en saura pas vraiment plus au bout du compte…

La vingtaine de survivants se retrouve isolée dans cet hôtel en pleine nature.

Ils sont donc coincés ici et essayent de vivre avec ce qui leur reste (les réserves de l'hôtel et leurs expéditions à l'extérieur) avec ce ciel toujours sombre et le soleil presque disparu.

Jon était en colloque dans cet hôtel, il n'a pas tenté de fuir le jour J, comme la plupart (il ne reste qu'une vingtaine de personnes à l'hôtel), lors de l'annonce des attaques nucléaires et avant que tous les moyens de communication ne soient plus disponibles.

Les survivants sont plongés dans un état particulier de sidération. Jon, lui, pour s'occuper décide d'écrire le carnet de vie après le jour des catastrophes et ainsi d'interviewer les personnes étant restées comme lui dans l'hôtel.

Son attention va particulièrement se focaliser sur une petite fille retrouvée morte dans le réservoir d'eau de l'hôtel.

Ainsi, au milieu de toutes ces anormalités Jon va tenter de faire la lumière sur cette mort.

Ce roman mixe beaucoup de thématiques, trop sans doute : la fin du monde, la survie, le huis clos, l'enquête, la vie intime de Jon...

Ce que j'ai préféré ce situe au milieu du roman quand les survivants créent un microcosme avec toutes des nouvelles règles et que ces règles sociétales s'installent avec l'exacerbation des caractères de chacun.

" J'avais sous estimé jusqu'à là à quel point les gens souhaitent éviter tout conflit, même pendant une crise, car je m'étais attendu à ce que plus de personnes s'opposent au résultat. Mais non. Le débat et le vote avaient été réglés en une vingtaine de minutes. Je n'étais pas sur que c'était positif. La taille de notre groupe facilitait peut-être la prise de ce genre de décision. Après tout, la démocratie ne fonctionne que pour de petit groupes comme l'était le nôtre. L'espace d'un instant, je m'étais dit que j'aurais adoré raconter cet épisode à mes collègues du département des sciences politiques. Nous avions tous écrit des papiers sur la démocratie au cours de nos carrières respectives et j'étais à présent témoin d'une application pratique de nos théories."

L'enquête quant a elle, n'est qu'un prétexte et d'ailleurs sa résolution ne m'a pas du tout convaincue.

L'auteure expédie certains épisodes, qui à mon avis nécessitaient plus d'attention. En venir à tuer des hommes ce n'est pas rien quand même ?

De plus, j'ai eu du mal à différencier certains personnages et de comprendre les liens entretenus entre eux.

Vous l'aurez compris, je n'ai pas aimé de façon égale les différentes parties de ce livre.

C'est bien la mise en place d'une micro société, avec ce huis clos en mode de survie qui m'a le plus attirée. Celle, où l'auteure arrive à nous dresser des portraits psychologiques intéressants dans une micro société qui s'installe.

Pour ce qui est de l'enquête, et de certains personnages trop flous, je n'ai pas vraiment adhérée.

Une lecture qui a manqué pour moi de liant mais qui a eu quelques fulgurances intéressantes.

Je remercie mon cher Babelio qui m'a proposé et offert cette lecture 

grâce à une masse critique particulière 

Je m'excuse encore pour le retard ( de 6 jours) dans l'édition de mon billet 

J'étais en mode déconnectée pour mes vacances ! 

Quant à vous, et bien j'espère que vous passez un bel été pas trop chaud,

 à l'ombre pour lire avec une bonne boisson fraîche ! 


tous les livres sur Babelio.com