dimanche 12 juillet 2020

Tout le bleu du ciel Mélissa Da Costa


Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple. Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Lecture en partenariat avec Net Galley.

#Toutlebleuduciel #NetGalleyFrance


Mon avis :


J'ai commencé ma lecture et tout de suite je n'ai pas été très convaincue. Les dialogues entre les deux personnages au début du périple sonnaient résolument plats.

J'ai eu peur de m'ennuyer et j'ai survolé, il faut bien le dire, les pages du début. 

On découvre Emile dans un premier temps, car c'est lui qui se savant condamné par une maladie neuro dégénérative, va avoir l'idée de ce voyage. Emile ne veut pas que ces proches le voient malade et il n'a plus d'attache sa petite amie l'ayant quittée.

Il passe une petite annonce pour trouvé quelqu'un pour l'accompagner. Une petite annonce comme un SOS, il pense ne trouver personne.  

Mais c'est sans compter sur les hasards de ma vie car une jeune femme Johanne répondra à sa petite annonce et s'embarquera à bord du camping car d'Emile.

Le livre conte alors cette rencontre et ces deux êtres qui vont s'apprivoiser.

Si Emile joue plus franc jeu, Johanne elle reste énigmatique à bien des égards même si on sent dès le départ qu'elle enfouie bien des fêlures en elle.

Aussi au fur et à mesure de leur périple qui les mènera jusqu'aux Pyrénées, ils vont se découvrir.  

Voyage en camping car mais aussi randonnées au programme tant que la santé d'Emile le permet. 

Ils croiseront la route d'autres personnes et aussi celle d'un chat Pok ! Les personnages secondaires sont la plupart bienveillants envers eux. 

La maladie d'Emile est bien décrite et on sent alors toute la responsabilité que Johanne va endosser.  

" L'esprit a un pouvoir sur le corps, sur l'évolution de la maladie. Il en prends conscience aujourd'hui, adossé à la façade brûlante d'un bâtiment. Comme ces mourants qui sont capables de tenir des jours et des jours avant l'arrivée de leurs proches pour enfin d'éteindre dans leur bras."

De deux êtres en déroute on va alors progresser vers un couple qui va s'épauler, encore plus peut être que pour un couple lié dès le départ par l'amour.

" Elle a décidé de l'accompagner dans sa dernière escapade et de lui offrir sa liberté en l'épousant. Il fait partie du lot. Tom Blue, Pok et lui. Elle a décidé de leur donner une seconde chance. A tous les trois. Elle est comme cette petite église qui se dresse fièrement, intacte et forte au milieu des ruines de Cômes ... Elle est comme ça Johanne... Un symbole d'espoir au cœur d'un terre de désolation."

Dans ce livre, l'auteure Mélissa Da Costa, fait référence au livre de Paolo Coelho "L'alchimiste" alors je sais que je l'ai lu il y a très très longtemps . Mais je ne me souvenais pas des références. Il faudra que je le relise. 

Dans ce livre, on connait dès le départ l'issue fatale énoncée par Emile, mais on suit néanmoins ce couple dans leur fuite pour les découvrir davantage. Ils vont eux aussi, apprendre l'un de l'autre et ainsi devenir meilleurs. 

Un livre qui se lit bien, par contre s'il a un petit côté feel good,
 il ne manque pas de nous rappeler notre finitude 
et les divers chemins que peut prendre une fin de vie.

Une lecture que j'ai su apprécier mais qui n'est pas un coup de cœur
 à cause des parties un peu trop longues et plates à mon gôut. 

Une belle réflexion sur la fin de vie et l'amour aussi.

Merci à Net Galley pour ce partenariat numérique !
"Ils sont sortis dehors, tout doucement. Johanne accroché au bras d'Emile. Elle ne tremble plus. Ses yeux parcours le paysage avec émerveillement. Il avait raison. Ils ne sont que tous les deux dans le silence de la montagne. Tous les deux dans l'immensité blanche. Ils marchent avec une lenteur infinie. Leurs pas laissent des empreintes dans la neige fraîche. Ils avancent avec l'impression de n'être plus réels que le paysage, de n'être que deux mirages."

" Quand tu as l'impression que la vie t'éparpille en mille morceaux, quand tous tes repères s'envolent, alors transforme toi en arbre." 

Note : Avec cette lecture de 501 pages, je mets ce pavé sur mon challenge Babelio  !

tous les livres sur Babelio.com

6 commentaires:

  1. Heu... pas trop convaincue, quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Keisha,
      oui pas tout à fait en effet même si j'ai quand même apprécié un peu la route à leur côté.
      Bisous j'espère que tu vas bien

      Supprimer
  2. A te lire, tout ça m'a l'air plutôt convenu et peu original. J'avoue que malgré sa jolie couverture, je vais laisser ce livre de côté.
    Bel été à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Laurent
      Oui elle est belle cette couverture avec ce combi wolsvagen coloré. Frustration quand on lit en numérique...
      Un livre qui ne te conviendrait pas je pense.
      Bisous et bel été

      Supprimer
  3. Une lecture en demi-teinte, donc. Il est vrai que la couverture est sympa.

    RépondreSupprimer