mercredi 16 septembre 2020

Les lettres d'Esther Cécile Pivot





En souvenir de son père, Esther, une libraire du nord de la France, ouvre un atelier d’écriture épistolaire. Ses cinq élèves composent un équipage hétéroclite :
une vieille dame isolée, un couple confronté à une sévère dépression post-partum, un homme d’affaires en quête de sens et un adolescent perdu.
À travers leurs lettres, des liens se nouent, des cœurs s’ouvrent. L’exercice littéraire se transforme peu à peu en une leçon de vie dont tous les participants sortiront transformés.
Roman initiatique, pétri de tendresse et d’humanité, ces Lettres sont un éloge de la lenteur, une ode au pouvoir des mots. SOURCE NETGALLEY

#LeslettresdEsther #NetGalleyFrance


Mon avis :

Cécile Pivot nous embarque dans cet atelier épistolaire qu'Esther va créer car elle aime les lettres et les mots.

Les participants sont tous volontaires ou presque. 

Nous avons le couple de Juliette et Nicolas qui vit une crise à l'arrivée de leur premier bébé et la dépression de Juliette. 

Il y a Jeanne cette femme veuve laissée de côté par son unique fille amoureuse des bêtes. 

Il y a Jean un homme d'affaire à un tournant de sa vie sans vraiment le sentir.

Et il y a Samuel un jeune homme en quête de sa place dans sa vie suite au décès de son grand frère. 

Et puis il y a aussi Esther qui non seulement anime l'atelier épistolaire mais va aussi se prêter au jeu. 

Chacun a choisi deux correspondants et envoie ces lettres en copie à Esther. 

Juliette correspondra avec Nicolas, leurs échanges participants de sa thérapie. Elle choisira également Jeanne qui aura un regard encourageant sur elle.

Nicolas choisira sa Juliette et Jean 

Jean lui prendra Nicolas comme correspondant et aussi Esther bousculant un peu les codes.

Jeanne en plus de Juliette enverra des lettres à Samuel.

Et Samuel n'aura que Jeanne en correspondante car il a été forcé à s'inscrire à l'atelier par sa mère.

Très vite les thèmes choisis par Esther pour engager les correspondances vont conduire les participants à parler d'eux et finalement à beacoup se confier.

Les lettres vont créer des liens entre eux. Tous ont finalement des choses à règler dans leur existence.  Certains le savaient en s'inscrivant ou en étant inscrit à l'atelier d'autre vont le découvrir.

Esther comprend très vite que son atelier d'écriture épistolaire allait vite prendre un tournant plus intime. 

Les participants vont alors se confier, se livrer dans leurs lettres. 

Le livre est composé en grande partie par les lettres qui s'engagent entre les participants comme des dialogues et dressent au fur et à mesure leurs portraits. Un peu de texte hors des lettres juste pour apporter un petit peu d'information.

J'ai énormément pris de plaisir à lire ces lettres. Enfin ce livre je veux dire ! Les échanges épistolaires sont souvent si riches pour peu que l'on s'en donne la peine. Comme Esther je trouve que la correspondance postale est un peu délaissée et que c'est bien dommage. Il y a les mails mais c'est peut être un peu différent. 

Chère Cécile Pivot et chère Esther il me plairait de participer à votre atelier et j'ai eu beaucoup d'émotion à faire la connaissance de tous les participants.

Mes lectures concernant les échanges épistolaires sont souvent de belles lectures ("Quand souffle le vent du Nord" de Daniel Glattauer, "Et je danse aussi" de Mourlevat et Bondoux et "Oh Happy Day" ). 

Mais Cécile Pivot a eu en plus la belle idée de cet atelier épistolaire. Celui-ci produit des échanges très riches entre des personnes différentes et crée des nouveaux liens .

Merci à Cécile Pivot à Net Galley pour ce beau partenariat 
et aux Editions Calmann Levy pour cette lecture émouvante et originale.

Quant à vous n'hésitez pas à décacheter ce livre 
et à découvrir tous ces personnages attachants
qui m'ont fortement émue !

tous les livres sur Babelio.com

"Facteur presse le pas, l'amitié ou l'amour n'attendent pas !"

Vous vous souvenez, on écrivait ça au dos de nos lettres quand nous étions plus jeunes !

" On ne dit pas les mêmes choses à l'écrit qu'à l'oral. Nous usons d'autres mots et expressions, soignons notre style. Nos pensées empruntent des chemins différents, plus difficiles d'accès, plus tortueux, plus imprévisibles. plus exaltants, aussi. Nous nous livrons, nous exposons, nous prenons des risques. Ecrire une lettre, la poster, attendre une réponse en retour donne une autre valeur aux jours, un poids plus conséquent me semble-t-il , au message dans l'enveloppe. Il prend son temps et trace sa route. "

dimanche 30 août 2020

Sublime Royaume Yaa Gyasi



#SublimeRoyaume #NetGalleyFrance

Gifty, américaine d'origine ghanéenne, est une jeune chercheuse en neurologie qui consacre sa vie à ses souris de laboratoire. Mais du jour au lendemain, elle doit accueillir chez elle sa mère, très croyante, qui n’est plus que l'ombre d'elle-même et reste enfermée dans sa chambre toute la journée. Grâce à des flashbacks fort émouvants, notamment sur un frère très fragile, nous découvrons progressivement pourquoi la cellule familiale a explosé, tandis que Gifty s'interroge sur sa passion pour la science si opposée aux croyances de sa mère et de ses ancêtres. ​Sublime Royaume raconte les difficultés d'avoir une peau noire en Amérique, et le clash des générations au sein d'une famille issue de l’immigration. Des thèmes traités de manière étonnante, entre zigzags chronologiques et fascinantes expériences scientifiques. ​ 

Mon avis : 


Cette lecture est un partenariat avec Net Galley et les Éditions Calman Levy je les remercie pour leur cadeau.

Une belle couverture numérique donc et là je regrette encore une fois que le livre ne puisse pas être dans ma bibliothèque. La couverture est de style Art Nouveau avec de belles couleurs et un terrain de basket semble-t-il.

Yaa Gyasi a été découverte avec "No Home" qui se trouve dans ma bibliothèque mais que je n'ai pas encore lu. Ce n'est donc que par le nom et un bouche à oreille des plus élogieux que j'ai voulu lire son dernier roman. 

Livre de la rentrée littéraire 2020 qui est riche de beaucoup de livres qui font envie.

Concernant ma lecture je sors un peu bizarre ... Je crois qu'elle a eu du mal à m'accrocher.

Comment vous expliquer cette sensation... Je pense que la narration par Gifty qui a du mal à prendre place dans sa vie n'est pas étranger à ce sentiment de mise de côté...

En effet, Gifty, deuxième enfant de la famille et mise de côté d'abord par sa mère qui se serait contentée de son premier enfant, son fils adoré Nana. Et puis enfant abandonnée par son père le Chin Chin qui abandonne d'ailleurs toute sa famille pour retourner au Ghana son pays d'origine.

La narratrice Gifty nous délivre peu à peu son histoire d'enfant émigrée aux USA en Alabama et aussi de sa vie de chercheuse en laboratoire.

J'ai eu du mal à la cerner, comme le peu de personnes qui la connaisse finalement.

Elle va se construire dans ce retrait, que sa mère et le statut d'émigré lui ont imposés. Autant dire une construction très difficile et une personnalité façonnée par tous ces éléments.

J'ai donc eu du mal à rentrer dans son histoire et à avoir de l'empathie tant Gifty s'efface en tant que personne. 

Toute sa vie elle sera mise de côté et sa vie sera aussi entachée par le drame qui touchera sa famille, le décès de son frère Nana. Elément central de l'histoire de ce livre.

Son frère Nana est celui qui connaissait le mieux Gifty et celle-ci aura à cœur d'essayer de comprendre pourquoi son frère était devenu dépendant à la drogue. Ce sera d'ailleurs sont sujet de recherche. 

Ce grand frère qui n'a pu être sauvé par le Dieu tant chéri de sa mère et dont la perte détruira beaucoup de choses et dont sa mère ne se remettra jamais.

On a dans ce livre des réflexions sur la religion et le rapport à celle-ci quand on devient adulte. 

Mes lectures du moment s'interessent à la religion, souvenez vous de Sam. On suit Gifty dans son rapport à la religion tout au long de sa vie, enfant puis adulte. On a aussi une reflexion sur la pratique d'une même religion qui peut différer d'un continent à l'autre.

J'ai donc un avis un peu mitigé sur cette lecture car je l'ai trouvée assez plombante et j'ai eu du mal à cerner Gifty tant elle se dévoile si peu, tant elle ne vit pas pour elle même mais pour les autres et s'effaçant beaucoup trop... Les événements positifs de sa vie ne sont pas assez mis en avant et ça m'a pesé.  


Lecture en demi teinte pour moi
car cette histoire au final a pesé sur mon moral. 
Il est beaucoup question de dépression, de deuils ...
Mais bon, la vie ne se passe pas toujours dans un sublime royaume...
Je vous invite à découvrir Gifty qui se dévoile petit à petit, 
tout doucement sans faire de bruit.


tous les livres sur Babelio.com



vendredi 21 août 2020

Un peu, beaucoup, à la folie Liane Moriarty



Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue improvisé entre voisins par un beau dimanche ensoleillé : tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors pourquoi, deux mois plus tard, les invités en gardent-ils un souvenir épouvantable et ne cessent-ils de se répéter : « si seulement nous n'y étions pas allés » ?
Après le succès du Secret du mari, traduit dans 55 pays, et de Petits secrets, grands mensonges, adapté par HBO, Liane Moriarty continue de dévoiler la noirceur qui rôde sous les vies ordinaires et nous plonge au cœur des redoutables petits mensonges et des inavouables secrets de l'âme humaine… Fin, décapant, et jubilatoire. SOURCE Livre de Poche 



Mon avis :



Ce livre m'a été prêté par mon amie et ex collègue Cath' et je la remercie pour cette lecture.

Une lecture addictive où l'auteure sait très bien faire avancer dans l'intrigue. Avec ce jour particulier du fameux barbecue.

Nous sommes dans un quartier de Sydney en Australie et nous allons suivre plusieurs couples dans leur vie.

Au départ c'est l'amitié enfantine de deux femmes : Clémentine et Ericka, qui est à l'origine de la connaissance de ces couples.

L'auteure utilise donc un fameux événement, qui ne nous est révélé qu'à plus de la moitié du livre , pour radiographier la vie de ces familles.

Les protagonistes principaux sont ces trois couples avec leurs enfants :

- Clémentine et Sam et leurs filles Holly et Ruby
- Ericka et Olivier qui n'ont pas d'enfant et en veulent mais ne peuvent pas
- Syd et Tiffany avec leur fille Dakota

Tout autour on trouve également les parents de ces adultes et tout particulièrement les mères des deux amies qui ont chacune des caractères très forts.

On trouve également un vieux voisin acariâtre, personnage qui aura aussi son importance...

Le livre dresse donc le portrait de différents foyers à travers le prisme de cet événement et qui va faire resurgir de nombreuses failles.

Sous le vernis de petites vies à l'apparence sans nuages se cachent bien des failles.

L’événement et donc bien un prétexte même si au final c'est aussi lui le catalyseur de réactions en chaîne.

Ce livre je l'ai apprécié et ne m'a pas du tout ennuyée. J'ai eu juste peur de devoir trop attendre pour savoir ce qui c'était passé ce fameux jour du Barbecue et oui je ne suis pas quelqu'un de patient... Oh non pas du tout !

Ainsi le procédé m'a captivé et les personnes intriguées dans leurs rapports aux uns et les autres.

L'auteure nous présente une belle radioscopie du couple et de la parentalité. Ce livre aborde tout un tas d'autres problématiques.

Je remercie donc sincèrement mon amie Cath pour ce prêt et je suis prête à lire d'autres livres de Liane Moriarty et même si apparemment elle utilise souvent ce procédé.

Alors, comme un premier amour peut être fabuleux les autres le seront peut être moins mais qui ne tente rien n'a rien ;-) et qui sait si on ne peut pas revivre les mêmes frissons...

Je vous souhaite une belle lecture au sein de ces couples qui font ce livre 
et vous invite à découvrir patiemment ce qui a fait basculer les évidences ! 

Une lecture que j'ai beaucoup aimé ♥ 
pas à la folie mais vraiment plus qu'un peu !



J'inscris ce livre pour le challenge Pavés 2020 de chez Babelio ! Item n° 33 "Avec un signe de ponctuation dans le titre".


Mon amie de blog Violette a lu ce livre presque en même temps que moi voici son billet CLIC SUR LE LIEN MERCI



Lecture at home août 2020 

dimanche 16 août 2020

Mi août


@Didi février 2020 Cathédrale de Séville 

Tu vas me manquer maman. Elle a montré du doigts ma poitrine. Je serais là précisément. Tu l'as senti n'est-ce pas ? Je l'avais senti." Ce ne sera pas la même chose.- Elle est si belle, tu ne trouves pas ? "J'ai cru qu'elle parlait de Mickie, mais comme je doutais je lui ai demandé.Qui ça maman ?- La Sainte Marie - Tu l'as vue, toi aussi en sortant des bains."J'ai compris pourquoi le regard de ma mère s'était déplacé au moment où elle s'était dirigée vers moi dans la grotte. Avait-elle vraiment vu la Sainte Mère de Jésus Christ ?Je ne sais pas.Mais son regard était intense et si fixe à ce moment -là que je me suis convaincue qu'elle a vu quelque chose.Et si elle dit que la Sainte Mère lui est apparue, je soutiendrai sa croyance jusqu'à ma mort, tout comme elle avait cru en moi si ardemment."
Extrait p 534  de "La vie rouge de Sam" de Robert Dugoni 

@Didi été 2010 Grotte de Massabielle Lourdes 

lundi 10 août 2020

La vie en rouge de Sam Robert Dugoni



#LaVieenrougedeSam #NetGalleyFrance



Résumé
Il voit le monde différemment, aujourd’hui plus que jamais.Sam Hill a toujours vu le monde à travers des yeux différents. Né avec des pupilles rouges, il a été surnommé "devil boy" ou Sam Hell par ses camarades d'école. Sa mère, quant à elle, attribuait cet albinisme oculaire à la volonté de Dieu. Encouragé par la foi et la sagesse de ses parents et par ses deux amis, marginaux eux aussi, Sam a poursuivi sa route.
Quarante ans plus tard, Sam est ophtalmologue et ne croit plus qu'il y ait un dessein derrière les événements – surtout pas la tragédie qui lui a fait tourner le dos à la vie qu'il avait toujours connue. Fuir la douleur ne lui a servi à rien. Maintenant, il considère son passé et embarque pour un voyage qui lui fera faire la moitié du tour de la terre. Cette fois, ses yeux sont largement ouverts et il prend conscience de ce qui l'a changé, formé, de ses peurs les plus profondes, jusqu'à ce qu'il discerne enfin ce qui importe vraiment. SOURCE NET GALLEY
Mon avis :

Partenariat avec Net Galley, j'ai décidé d'engager cette lecture car j'avais demandé un autre livre avant et j'avais vu expirer le livre numérique avant son entière lecture .... Il s'agissait de ce livre :

#DonnemoilamainMenino #NetGalleyFrance



J'ai ainsi lâché la main de Menino que j'ai accompagnée sur les presque 100 pages du début, n'accrochant d'ailleurs pas trop au style un peu décousu...Mais je n'ai pas eu le temps de voir où il m'emmenait, donc je n'ai pu faire un petit billet...

Comme je ne me trouvais pas une "bonne" lectrice en ne pouvant honorer sur ce livre mon partenariat, je me suis donc dit que celui-ci "La vie en rouge de Sam", je devais profiter des vacances pour le lire et ne pas traîner car il  a tout de même 579 pages ! (cool pour le challenge pavé de chez Babelio sur l'item couverture avec un enfant de moins de 15 ans !)

Ma lecture n'a pas été aussi longue que prévue ! En effet, à la faveur des vacances à la maison et aussi de la canicule qui sévit ces derniers jours ( 40 degrés c'est n'est pas rien, où est la mer...) j'ai englouti ce pavé en trois jours seulement ! 

Ainsi, vous l'aurez compris j'ai beaucoup apprécié ce roman. 

C'est Sam qui raconte sa vie avec son handicap, des pupilles rouges, qui vont bien lui pourrir la vie. Oui, avoir les pupilles rouges ne va pas lui faciliter la vie, ni à l'école, ni au collège.

Le fait d'être intégré dans une école catholique n'y faisant pas plus, ni moins...

J'ai vraiment aimé suivre Sam dans son enfance et au travers de sa scolarité.

Les rivalités qu'il rencontre, l'intolérance et la méchanceté vont lui construire une enfance très difficile, et il y aura un bourreau récurrent hélas. 

On pourrait dire qu'il doit se débrouiller seul mais ce n'est pas tout à fait juste, car Sam va rencontrer des personnes qui vont l'aider et l'aimer. 

Et puis, heureusement Sam a des parents très aimants et une mère qui l'aime sans commune mesure. Cette maman est très très pieuse et elle va s'appliquer à donner à son fils toutes les instructions religieuses possibles. Pour elle, les yeux rouges de Sam sont la volonté de Dieu et celui-ci a donc forcément de grands desseins pour lui...

" Evidemment, pour ma mère, c'était la preuve formelle du plan que Dieu avait formé pour moi et mes yeux rouges. Si quelqu'un lui avait dit qu'un jour une fumée blanche d'élèverait au-dessus du Vatican, suivie de la proclamation de mon nom comme nouveau pape, elle n'aurait pas cillé le moins du monde."

Hélas, les principes religieux sont loin d'être mis en pratique par tous et Sam devra affronter l'intolérance, la méchanceté et l'injustice dans bien des situations. Sa vie se construira à force de luttes.

Heureusement, même si Sam pense devoir se débrouiller seul, il va croiser la route de personnes bienveillantes. 

Il va ainsi se construire des amitiés avec un jeune homme noir, Ernie, qui tout comme lui subit l'intolérance et la malveillance des autres et aussi un peu plus tard une jeune fille, Micky qui sera toujours là pour lui.

Toutes les parties relatant son enfance et son adolescence m'ont particulièrement plu. Le rythme est prenant et les dialogues sont bien rendus ! L'époque est elle aussi très bien décrite (années 70 et 80). L'écriture est très visuelle et je me prenais à rêver d'une adaptation en série !

La vie ne Sam n'est pas facile et on s'attache à lui, d'autant plus qu'il est très sympathique et intéressant. 

On se prend à rêver pour lui que les méchants lui lâchent la grappe et on apprécie ses deux amis qui sont de bien sympathiques personnages secondaires.

Les dernières parties sont plus axées sur sa vie d'adulte et sur son retour vers la foi... 

Alors qu'il s'en détachait de plus en plus, les tourments de la vie, ses parents vieillissant et le retour de son bourreau sur son chemin de vie vont lui faire prendre conscience de bien des choses.

Je ne peux bien sur pas tout vous raconter, car c'est bien le plaisir de ce livre que de découvrir toutes ses péripéties et de voir grandir Sam.

L'amour de ses parents est une très belle chose dans ce livre et la place de la Sainte Vierge représente finalement pour moi la place d'une maman dans ce que l'on devient. Certaines parties m'ont fait briller les yeux.

Je regrette juste que sur la fin, l'auteur s'est un peu trop orienté sur le caractère catholique et trop spirituel de son récit... Pour en faire peut être une trop grande morale et freinant peut être les personnes athées.

Mais ce que j'ai aimé, c'est cet apprentissage de la vie et l'acceptation de soi par Sam mais aussi la transmission par les parents de toutes les chances possibles pour leur enfant.

En surplus une bon portrait d'une société américaine victime de ses paradoxes

Une excellente lecture que j'ai avalée un peu vite 
comme on peut engloutir un bon gros gâteau 
en toute satisfaction et sans modération. 

Je vous conseille vivement cette lecture 
pour faire le chemin à côté de Sam Hill comme l'on fait ses parents et ses amis
Que vous croyez en un Dieu ou pas !


" Dans la vie d'un homme, il arrive un moment où il cesse de regarder vers l'avenir pour se tourner vers le passé." Maxwell Hill.



Merci à Net Galley pour ce partenariat ! 

tous les livres sur Babelio.com


mercredi 5 août 2020

L'homme et la nature, comment renouer ce lien secret Peter Wohlleben


« Notre lien avec la nature n’est pas et n’a jamais été rompu ; nous l’avons juste ignoré quelque temps. »
Peter Wohlleben
À partir des dernières découvertes scientifiques et de ses propres observations, le forestier le plus célèbre du monde nous ouvre les yeux sur les interactions secrètes entre l’homme et la nature.
Les plantes réagissent positivement au toucher humain et sont capables d’entendre. Les arbres dorment, ressentent la douleur et ont comme un cœur qui bat. Notre tension artérielle se normalise à leur voisinage et la couleur verte nous apaise.
En conteur incomparable, Peter Wohlleben nous révèle un cosmos merveilleux où l’homme n’est pas un être supérieur mais fait partie d’un tout, à l’égal de chaque plante, de chaque animal. Il nous donne des conseils pratiques pour transformer nos promenades en aventures et aiguiser nos sens. Il nous fait prendre conscience que respecter la nature, c’est nous protéger. Source éditeur Les Arènes 

Mon avis :

Livre obtenu à la dernière Masse critique de chez Babelio, je les remercie et rends ma copie in extremis ! Merci aussi aux éditions Les Arènes !



Amoureuse des arbres depuis très longtemps déjà je n'ai pourtant pas lu le best seller de l'auteur "La vie secrète des arbres" alors quand j'ai vu celui-ci à la dernière Masse Critique j'ai tenté ma chance. 

Pour moi la nature est la plus belle chose au monde, je suis d'ailleurs bien souvent plus à l'aise dans les milieux naturels que dans les espaces urbains. 

Ce livre, je l'ai abordé sans trop savoir à quoi m'attendre, et au tout départ j'ai été un peu surprise par le style. 

On sent bien que l'auteur à le souhait de vulgariser des éléments assez pointus et malgré tout je n'ai pas toujours bien suivi et compris certains d'entre eux.

Son discours mets en avant la nature et nous démontre que l'homme en fait grandement partie. Il prêche une convaincue, j'ai toujours eu ce sentiment là et je ne me sens pas du tout supérieure à la nature, au contraire, je pense que nous sommes totalement intégré à elle et qu'il faut savoir plus que tout la respecter.

Peter Wohlleben nous enseigne dans ce livre beaucoup de choses et nous dresse un portrait pas très réjouissant des forêts. 

Son propos est bien sur de faire adhérer les lecteurs au principe de préservation des éléments et en un sens on ne peut être qu'en accord avec cela. 

Mais que dire et que penser quand comme de partout la gestion des forêts réponds davantage à des buts lucratifs et économiques et qu'elle ne peut donc pas suivre des critères non lucratifs et à long terme....

Oui, il faut bien vous le dire ce livre m'a miné le moral, c'est absolument pas ce que souhaitait faire l'auteur.

Je me suis sentie bien "petite" pour préserver les forêts, ou même quelques arbres... et me sentant quantité négligeable pour faire basculer quelques idées préconçues qui ont la vie dure. Si même les bienfaiteurs des forêts (les forestiers) s'emploient à pratiquer des coupes franches dans les forêts , si on utilise le bois en énergie alors que c'est encore plus polluant... 

Oui l'homme doit renouer avec la nature, oui mais bon sang que le chemin semble semer d’embûches. L'homme dans notre société capitaliste, ne voit bien souvent que son portefeuille et réfléchis à hauteur de vie d'homme, à très court terme quand on pense à l'âge des arbres...

J'ose espérer que des scientifiques et des ingénieurs tout comme l'auteur, vont œuvrer pour des approches alternatives qui existent dans la gestion des forêts et permettre le retour des forêts primaires pour les générations à venir.

" Ce dont l'administration forestière a besoin, c'est d'une nouvelle compréhension de la nature. Ce n'est qu'après avoir admis qu'il s'agit pour elle d'exploiter et non de préserver la nature qu'une véritable discussion franche peut avoir lieu sur le bois et la forêt."

J'espère que ce mouvement prendra de l'ampleur pour contrebalancer le pouvoir du fric ! 

L'homme parviendra-t-il à se projeter sur du très long terme et résistera-t-il à l'utilisation massive et irréfléchie de la forêt ? 

Oui, j'ai refermé ce livre comme angoissée de ne plus vivre au sein d'une nature préservée alors que celle-ci peut nous apporter tant en terme de bien être et de santé et du réchauffement climatique

" Ce qui me tient à cœur, c'est que la protection du climat soit à l'avenir soutenue par une moindre consommation de bois et par la restauration du plus grand nombre possible de surfaces boisées. Car les forêts primaires sont bien nos plus puissantes alliées face au changement climatique".
Je voudrais bien m'engager dans cette démarche mais je n'en ai pas les capacités scientifiques... Je vais donc continuer à apprécier la nature et les arbres en particulier.

En les aimant sincèrement et en essayant de croire en l'homme comme faisant parti de cette nature. Le lien secret avec la nature je pense l'avoir et je prendrais aussi souvent que possible des bains de forêts en marchant en leur cœur.

Quant à vous et bien laissez vous guider par Peter Wohlleben 
et n'hésitez pas à en découvrir davantage sur la nature grâce à ce livre,
mais aussi à savoir la regarder et la préserver à votre niveau !

" La protection de la nature vient juste de retrouver ses lettres de noblesse, mais cette fois l'évolution me semble plus durable. Et une question focalise l'attention : le changement climatique. Les arbres sont en l’occurrence nos alliés naturels, à condition que nous cessions de ne voir en eux qu'une matière première organique."




tous les livres sur Babelio.com

dimanche 12 juillet 2020

Tout le bleu du ciel Mélissa Da Costa


Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple. Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Lecture en partenariat avec Net Galley.

#Toutlebleuduciel #NetGalleyFrance


Mon avis :


J'ai commencé ma lecture et tout de suite je n'ai pas été très convaincue. Les dialogues entre les deux personnages au début du périple sonnaient résolument plats.

J'ai eu peur de m'ennuyer et j'ai survolé, il faut bien le dire, les pages du début. 

On découvre Emile dans un premier temps, car c'est lui qui se savant condamné par une maladie neuro dégénérative, va avoir l'idée de ce voyage. Emile ne veut pas que ces proches le voient malade et il n'a plus d'attache sa petite amie l'ayant quittée.

Il passe une petite annonce pour trouvé quelqu'un pour l'accompagner. Une petite annonce comme un SOS, il pense ne trouver personne.  

Mais c'est sans compter sur les hasards de ma vie car une jeune femme Johanne répondra à sa petite annonce et s'embarquera à bord du camping car d'Emile.

Le livre conte alors cette rencontre et ces deux êtres qui vont s'apprivoiser.

Si Emile joue plus franc jeu, Johanne elle reste énigmatique à bien des égards même si on sent dès le départ qu'elle enfouie bien des fêlures en elle.

Aussi au fur et à mesure de leur périple qui les mènera jusqu'aux Pyrénées, ils vont se découvrir.  

Voyage en camping car mais aussi randonnées au programme tant que la santé d'Emile le permet. 

Ils croiseront la route d'autres personnes et aussi celle d'un chat Pok ! Les personnages secondaires sont la plupart bienveillants envers eux. 

La maladie d'Emile est bien décrite et on sent alors toute la responsabilité que Johanne va endosser.  

" L'esprit a un pouvoir sur le corps, sur l'évolution de la maladie. Il en prends conscience aujourd'hui, adossé à la façade brûlante d'un bâtiment. Comme ces mourants qui sont capables de tenir des jours et des jours avant l'arrivée de leurs proches pour enfin d'éteindre dans leur bras."

De deux êtres en déroute on va alors progresser vers un couple qui va s'épauler, encore plus peut être que pour un couple lié dès le départ par l'amour.

" Elle a décidé de l'accompagner dans sa dernière escapade et de lui offrir sa liberté en l'épousant. Il fait partie du lot. Tom Blue, Pok et lui. Elle a décidé de leur donner une seconde chance. A tous les trois. Elle est comme cette petite église qui se dresse fièrement, intacte et forte au milieu des ruines de Cômes ... Elle est comme ça Johanne... Un symbole d'espoir au cœur d'un terre de désolation."

Dans ce livre, l'auteure Mélissa Da Costa, fait référence au livre de Paolo Coelho "L'alchimiste" alors je sais que je l'ai lu il y a très très longtemps . Mais je ne me souvenais pas des références. Il faudra que je le relise. 

Dans ce livre, on connait dès le départ l'issue fatale énoncée par Emile, mais on suit néanmoins ce couple dans leur fuite pour les découvrir davantage. Ils vont eux aussi, apprendre l'un de l'autre et ainsi devenir meilleurs. 

Un livre qui se lit bien, par contre s'il a un petit côté feel good,
 il ne manque pas de nous rappeler notre finitude 
et les divers chemins que peut prendre une fin de vie.

Une lecture que j'ai su apprécier mais qui n'est pas un coup de cœur
 à cause des parties un peu trop longues et plates à mon gôut. 

Une belle réflexion sur la fin de vie et l'amour aussi.

Merci à Net Galley pour ce partenariat numérique !
"Ils sont sortis dehors, tout doucement. Johanne accroché au bras d'Emile. Elle ne tremble plus. Ses yeux parcours le paysage avec émerveillement. Il avait raison. Ils ne sont que tous les deux dans le silence de la montagne. Tous les deux dans l'immensité blanche. Ils marchent avec une lenteur infinie. Leurs pas laissent des empreintes dans la neige fraîche. Ils avancent avec l'impression de n'être plus réels que le paysage, de n'être que deux mirages."

" Quand tu as l'impression que la vie t'éparpille en mille morceaux, quand tous tes repères s'envolent, alors transforme toi en arbre." 

Note : Avec cette lecture de 501 pages, je mets ce pavé sur mon challenge Babelio  !

tous les livres sur Babelio.com