vendredi 26 mai 2017

En mémoire de Fred Clayton Lindemuth


Baer Creighton (Crichton sur la 4ème de couverture de mon exemplaire...) est un cul-terreux fruste et macho obsédé par le Bien et le Mal. Depuis que, gamin, son grand frère Larry a essayé de l’électrocuter, il reçoit une décharge chaque fois que quelqu’un lui ment. Ou alors il voit une lueur rouge dans les yeux du menteur. Un don fort utile, mais est-ce suffisant maintenant qu’il faut venger Fred ? Le pitbull, son seul ami dans les bois de Caroline du Nord où il vit pas très loin des personnages de Ron Rash, a été kidnappé. On le lui a rendu en piteux état, victime d’un des impitoyables combats de chiens clandestins qu’organise l’abominable Joe Stipe, le caïd de la région. Quand il ne soigne pas Fred devenu quasi aveugle, Baer distille une gnôle si sublime que tout le monde lui en achète, le shérif compris. Ça lui donne du courage pour mûrir son plan. Non qu’il en manque, mais, en face, l’ennemi surarmé est en nombre et la lutte semble inégale. « Œil pour œil, dent pour dent », tel est le code de l’honneur hérité des pionniers. Baer l’appliquera jusqu’au bout. Voire plus loin.
Né dans le Michigan, Clayton Lindemuth a grandi dans l’ouest rural de la Pennsylvanie et étudié à l’Arizona State University. Désormais établi dans le Missouri, il gagne sa vie comme consultant financier et assureur ; le reste du temps, il pratique l’ultrafond et la menuiserie. Il écrit du noir, car « c’est là qu’il vit ». Une contrée paisible et froide (Seuil, 2015) a rencontré un accueil critique enthousiaste en France et aux États-Unis. Éditions Seuil

Mon avis :

Merci à Babelio et aux éditions Seuil Cadre noir pour ce livre fruit d'une opération Masse critique particulière ♥ 

Au tout départ j'ai été un peu paumée, je n'arrivais pas à tout saisir, non seulement l'auteur faisait quelques aller-retour surprenants et déstabilisants dans l'histoire et puis dans mon exemplaire le nom du personnage sur la 4ème de couverture n'était pas le même que dans le livre ... Crichton... Creighton... Au départ j'ai donc du m'assurer qu'il s'agissait du même personnage. Non je n'étais pas saoule il y avait bien une coquille dans le potage....

Je me rends compte que sur le site de l'éditeur l'erreur a été corrigée, j'espère qu'ils ont pu rattraper l'affaire à l'impression des livres.... 

Rassurée quant à ma santé mentale j'ai pu continuer sereinement ma lecture. J'ai alors fait la connaissance de Baer Creigthon et de son chien ... Ou du moins ce qu'il en reste de ce brave toutou... En effet, celui-ci a été enlevé par des gens très mal attentionnés pour le faire combattre contre d'autres chiens pour de l'argent ...

Oui, Fred est le chien de compagnie  et même le compagnon tout court de Baer. Il n'a dans sa vie pas grand chose à lui alors son chien, son Fred c'est presque tout.

Baer est un fameux bouilleur de cru, de celui qui fait des jaloux et exacerbe les convoitises et énerve ses concurrents.

Son chien, son alambic, son petit coin dans la nature voilà en résumé la vie de Baer, alors quand on touche à un de ses biens Baer va chercher vengeance. Il va n'avoir de cesse de se venger de ceux qui ont mis en péril la vie de Fred et même plus ...

Baer va se lancer à la recherche de ces hommes sans foi ni loi sans cœur et peu reluisants.

Sur son chemin il va retrouver les membres de sa famille : son frère Larry, sa belle sœur Ruth, sa nièce Maé ainsi que ses enfants.

Et pour ses femmes, les femmes de sa triste vie, Baer va se plier en 4. Il faut dire qu'il a profondément aimé Ruth avant que son frère ne lui la ravisse.... Il l'aime encore d'ailleurs sa Ruth. Pour le pire et le pire en quelque sorte...

Suivre Baer ne sera pas de tout repos croyez moi, mais on a bien envie tout comme lui d'assouvir cette vengeance en mémoire de Fred ! Et il en a de la ressource ce gars là !!!

Comme l'auteur le souligne dans une note à la fin du livre : "Tout combat individuel contre le mal est héroïque, car son issue n'est jamais garantie."

Il m'a bien plu ce Baer, même s'il est brut de décoffrage, j'ai bien ressenti chez lui un gros coeur tendre. Il m'a parfois fait penser à Mc Gyver dans ses installations de bric et de broc mais bien pensées. 

Il est le roi des réparties savoureuses et des portraits tirés à la chevrotine ! Ça déchire grave et c'est caustique comme de la soude. 

" De mon point de vue, Cory Smylie (le mari de la nièce Maé de Baer) est une fosse septique à face humaine. La seule bonne chose qui pourrait sortir de ce type un jour, c'est des pâquerettes - au cimetière. Quelqu'un qui traite un animal comme ça n'hésitera pas à en maltraiter d'autres."  

Une lecture que j'ai apprécié comme un petit verre de gnôle, ça vous arrache la gueule et ça nettoie en profondeur. 

C'est sec avec un petit parfum de pommes ou de poires qui revient alors délicatement flatter votre palais.

A lire cul sec et sans modération si vous ne craignez pas les degrés d'alcool !


tous les livres sur Babelio.com






mercredi 10 mai 2017

Ma mère, le crabe et moi Anne Percin


 J’aurais préféré que ma mère me dise : "Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre." Ou bien qu’elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu’elle pleure !
Au lieu d’afficher ce sourire de façade. Le sourire "tout-va-bien-je-gère". J'aurais voulu qu’elle crie, qu’elle hurle, qu’elle se roule par terre en tapant des pieds,
qu’elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu’on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, un truc pas bien élevé, pas conseillé par le guide J’élève mon ado toute seule, au chapitre "Comment lui annoncer votre cancer?"

Entre rires et larmes, Tania nous raconte six mois de complicité avec sa mère malade, mais aussi les nouveaux défis qu’elle s’est lancés : devenir championne de cross… et tomber amoureuse. Rouergue Édition

Préambule :

Ah les pépites jeunesse de Jérôme et Noukette ! 
C'est du bon et je dirais même du très bon !


Comme ces deux là, sont en plus d'être des défricheurs de pépites de littérature jeunesse (entre autre), des êtres très généreux et sympathiques, ils ont à l'occasion du troisième anniversaire de leur rendez-vous offert à beaucoup de blogueuses et blogueurs qui les suivent assidument  leurs coups de ♥ de ces trois années.

" Trois ans que Noukette et moi avons décidé d’organiser un rendez-vous pour présenter ensemble  (presque) chaque mardi une pépite jeunesse. Un rendez-vous auquel nous tenons beaucoup et une volonté commune de partager nos lectures et de mettre modestement en lumière des titres courts et percutants qui montrent toute la diversité et la vitalité de la littérature jeunesse actuelle.

98 pépites en trois ans donc, et une envie de marquer le coup pour fêter cet anniversaire. Nous étions partis sur l’idée de choisir 10 pépites de 10 auteurs différents mais il nous a été impossible de respecter ce schéma de départ. Nous avons donc décidé de mettre à l’honneur 13 pépites et 13 auteurs qui ont marqués notre rendez-vous. Une sélection forcément subjective mais sur laquelle nous nous accordons en tout point.

Et puisque l’idée de ce rendez-vous est avant tout le partage, nous vous proposons de découvrir ces pépites. Deux exemplaires de chaque sont à gagner. Pour participer, rien de plus simple, il suffit de laisser un commentaire ici ou chez Noukette et de nous préciser si vous avez déjà lu un ou plusieurs titres de la liste. Pour le reste, on s’occupe de tout. "


J'ai eu la chance (mais les chances étaient énormes) de recevoir une pépite ! 

Merci, merci, merci !
 


et dans le joli papier tout bien emballé voici ma pépite jeunesse :  

Ma mère, le crabe et moi d'Anne Percin

Les avis du célèbre duo : 

Avis de Jérôme

" Un texte d’une rare intelligence, mené de main de maître, sur un sujet forcément casse-gueule. Chapeau bas madame Percin ! "
 
Avis de Noukette  

" Un roman vrai, bourré d’énergie positive, jamais larmoyant, qui prend aux tripes et au cœur. Un roman qui fait du bien parce qu’il ne ment pas, tout en laissant une large place à l’humour. "


et mon avis alors : 


Ah non ils ne se sont pas trompés ce livre est bien une pépite ! Il faut dire que l'auteure Anne Percin je la "connais" déjà un peu avec ses aventures de Maxime et je sais que l'on ne s'ennuie pas un instant avec elle. 

Bon là, comme le disait Jérôme, ça faisait un peu flipper de commencer une histoire qui parle du cancer, ce crabe détestable qui pour ma part m' a privé de très bons amis, trop tôt parti et continu encore et encore sa cruelle ignominie ...

Ainsi, sur un sujet pas marrant du tout, Anne Percin nous livre une histoire positive, où le rire et les liens entre une mère et sa fille adolescente vont s'intensifier à cause et/ou grâce de la maladie. 

Tania va aussi grandir pendant cette période de lutte pour sa mère et pendant son adolescence période de moult transformation également. 

La mère et la fille vont s'épauler mutuellement.

Elles m'ont bien plu ces deux femmes là et Anne Percin a su, comme a son habitude, me faire rire et m'émouvoir. 

" Seulement si ma mère persistait à me regarder comme si j'avais fait la plus grosse bêtise de l'univers, j'allais me mettre à pleureur, c'est sur... On a beau avoir des convictions, ça peut arriver de flancher. (Même Che Guevara, je parie qu'il avait ses mauvais moments.) Mais, heureusement, l'air apitoyé de ma mère s'est changé en une sorte de grimace, puis en sourire. Enfin n'y tenant plus, elle a éclaté de rire. Comme ça, paf ! "  (Tania Page 80)

Anne Percin a une très grande faculté à décrire des personnages adolescents. 

D'ailleurs à ce propos, je suis comme une dingue !!!! Ben oui Anne Percin à écrit un nouveau livre sur les aventures de Maxime !!!! Trop coooolllll ! Merci merci Anne ♥


Ma mère, le crabe et moi,
un bon livre, une Pépite !

Un livre jeunesse que j'ai apprécié en tant qu'adulte et c'est d'ailleurs je trouve une des forces de cette auteure, savoir capter un public adulte qui promeut ainsi ses livres au plus jeune.

Alors que ce soit vous ou/et les enfants, adolescents qui vous entourent n'hésitez pas à le lire et/ou le promouvoir !

Noukette et Jérôme ne se sont pas trompés : 

j'ai adoré ! 

Merci à eux deux, très sincèrement : Nounou et Chouchou ♥♥♥

Et aussi, pensez à suivre régulièrement, tous les mardis
leurs deux avis sur leur pépite jeunesse !



samedi 6 mai 2017

Amours de Léonor de Récondo

@Didi Lecture en terrasse :-)
Tandis que son épouse dort paisiblement, Anselme le notaire abuse de Céleste, la jeune bonne, qui tombe enceinte. Pour sauver l’honneur de tous, Victoire décide d’adopter l’enfant. Mais elle n’a pas la fibre maternelle, et le nouveau-né dépérit. En cachette, Céleste va tendrement prendre soin de son petit. Une nuit, Victoire les rejoint dans la chambre sous les combles… SOURCE LE CERCLE POINTS

Mon avis : 

J'ai lu d'un seul trait cette histoire, happée.

Un livre où la femme est au cœur de tout, au cœur de l'amour dans toutes ses variations. L'amour de Dieu, l'amour d'un enfant, l'amour d'un homme, d'une femme.

Une belle histoire, une triste histoire.

Cet amour qui se décline sous des formes inattendues est tout simplement et douloureusement magnifique.

Ce roman nous montre que seule la Liberté peut mener à l'amour. Que les contraintes, sociales, religieuses n'amènent pas au bonheur .

J'ai tout particulièrement aimé cette histoire, les femmes qui la composent : Céleste, Victoire, Huguette.

Il y a une place importante de la vierge Marie dans " Amours ". 

Il y a une critique acerbe de cette société du 19ème siècle où les femmes commençaient tout doucement, vraiment doucement à s'affranchir de leurs maris et où la religion brimait encore bien des désirs et des amours ...

Ce livre je le qualifierais de charnel.  L'auteure parle de "miracle cutané" oui, j'ai ressenti ce miracle cutané. On touche à travers les mots, l'amour s'impose dans une extrême douceur. 

" Hier, dans le simple geste d'une main posée sur son épaule, son corps a enfin grandi, il existe, il s'est lié à un autre. Et ce monde, dans lequel elle a jusqu'ici avancé aveuglément, résignée, opinant à tout sans la moindre résistance, prends une teinte nouvelle, brûlante. Ce simple geste l'a rendue vivante. "

" Elle s'allonge sur son lit. Le ciel est couvert, elle ne voit pas la lune, mais l'arbre est là. Dans une heure, le temps sera venu. Poser l'enfant sur elle, laisser Victoire se glisser à ses côtés. respirer ensemble. Ne rien dire, et prier longtemps que cela dure toujours. "

La musique tient une place importante dans ce livre avec Victoire et son piano et l'orgue de l'église. On ressent les vibrations. 

" Huguette, saisie par la beauté de cette musique, reste sur le pas de la porte avec son plateau. Elle écoute et surtout, elle remarque la gravité du visage de Victoire, complètement absorbée par la délicatesse avec lesquelles les notes sortent de ses mains. Poser doucement la pulpe de ses doigts sur la touche, appuyer juste ce qu'il faut pour en avoir l'âme blessée. Juste assez pour, en plein jour et à l'intérieur de soi, ouvrir la porte de la chambre de Céleste, assez pour écouter le piano  égrener leur histoire, les devancer, assez pour s'émouvoir d'avoir une âme si sensible, une âme qu'elle découvre à peine. Se laisser porter par le flot des triolets. Ces notes enfermées dans une partition depuis de si longues années et qui, aujourd'hui, la révèlent profondément."


L'écriture de Léonor de Récondo est lumineuse, sensuelle et charnelle. Je l'avais déjà énormément appréciée dans "Pietra Viva " ça ne renforce que mon envie de la lire encore et encore.

tous les livres sur Babelio.com


Ce livre raisonnera longtemps en moi
 pour sa musique des âmes,
 pour ses caresses,
et cet amour qui ne peut vivre que libre !

♥♥♥♥♥

Un réel coup de cœur,
 de ceux qui font battre votre cœur à un rythme fou et doux. 
Un coup de foudre court, intense et renversant !


@ Didi 26 avril 2017 -  La vierge à l'enfant de l'Abbaye de Fontenay 

" Sainte Marie, mère du monde, venez ici, maintenant, me rejoindre. J'espère me fondre dans cette clairière. Là où je suis toujours venue, là où je pose mes pas une dernière fois. Je sens le soleil sur mes doigts, je ferme les yeux et je vois Victoire.
Victoire, lumière de ma chair, je te laisse Adrien enfant de notre amour, je t'ai vu le prendre dans tes bras. Et la lumière a éclaté en moi, me donnant la force de partir et de vous laisser pour toujours. Je ne veux plus être qu'un souvenir brûlant porté par vos âmes. " Céleste

Vierge de Fontenay  - SITE DE L'ABBAYE DE FONTENAY


lundi 1 mai 2017

Au lit Miyuki Roxane Marie Galliez et Seng Soun Ratanavanh




Un beau conte pour repousser l'heure du coucher !
Miyuki est de retour: après avoir appris l'art de la patience au matin dans Attends Miyuki, la voici qui s'emploie à retarder par tous les moyens l'heure du coucher. Le texte coule et résonne comme une douce ritournelle, où le lecteur peut compléter le refrain qui s'allonge à chaque double-page (Miyuki, le travail est terminé, le potager est arrosé, les escargots sont rassemblés, la couverture du chat est installée, etc.) Les illustrations, tout en poésie et délicatesse, le mettent en lumière de manière unique et personnelle, grâce au travail de la couleur et des détails. Un grand bel album pour accompagner ce moment si particulier qu'est le coucher. Source De la Martinière Jeunesse

Mon avis : 

Je me suis fait plaisir grâce à Babelio et sa Masse Critique Jeunesse !  



Merci à Babelio  et aux Éditions De la Martinière Jeunesse !

Miyuki n'a pas envie de se coucher et d'obéir à son grand-père. Elle trouve alors tout un tas de raisons pour repousser l'heure du coucher. 

Un bien bel album au touché doux d'un tissu où le texte se marie à merveilles aux dessins japonisants !



La nature nous émerveille, la faune et la flore sont joliment mis en scène et le texte est très poétique.



Un album à feuilleter avec un enfant pour l'amener à s'endormir tout doucement où pour rêver tout simplement et reprendre les crayons de couleurs ...


 Je vous souhaite 
du bonheur en clochettes 
en ce premier mai !

Du joli muguet de l'illustrateur Seng Soun Ratanavanh

tous les livres sur Babelio.com


dimanche 23 avril 2017

Noirs tatouages Val MCDermid



"Cet été-là, il a plu comme rarement à Lake District et la tourbière a livré son secret : un cadavre sans âge, couvert de tatouages. Jane Gresham, spécialiste du poète William Wordsworth, pense aussitôt à une légende locale : Fletcher Christian, le chef des mutins du Bounty, a fui Pitcairn pour regagner clandestinement l'Angleterre. Et son vieil ami Wordsworth a transformé son récit en poème épique. Persuadée que le précieux manuscrit se trouve chez un descendant du poète, Jane enquête. Mais, comme dans toutes les chasses au trésor, les convoitises s'éveillent, et les cadavres s'accumulent."

Rencontré au QDP 2015 ( et elle était là cette année aussi - QDP 2017 ) je n'ai pas beaucoup lu cette auteure mais j'apprécie ses histoires et ses portraits de personnages.

@Didicace -  Quais du polar 2015
 
J'ai lu en 2008 (avant mon blog - et retrouver grâce à mon carnet de lecture que je viens de terminer) " Le chant des sirènes " qui m'est resté en tête. Et puis j'ai été fan de la série des enquêtes de avec Carol Jordan et Tony Hill.

Val McDermid mixe dans ce livre deux histoires en une celle du passé éloigné de Christian Fletcher le célèbre chef des révoltés du Bounty ( non pas mon chat .... le bateau)  et celle de Jane Gresham spécialiste du poète William Wordsworth qui aurait fait le récit des aventures de Christian Fletcher. Cet homme qui serait bien revenu chez lui et qui giserait peut être là dans la tourbe de cette région.

La quête de Jane pour retrouver ce fameux manuscrit chez les descendants du poète va remuer les esprits et attiser très fortement les convoitises.

Si au départ on peut se dire que l'intrigue tient à peu de chose, Val McDermid sait très bien nous donner envie d'en savoir plus, aussi bien sur le cadavre tatoué que sur ce manuscrit.

Jane est au centre de toute cette intrigue, elle est entourée par des amis, un ex petit ami, des collègues, sa famille : ses parents et son frère (chez qui elle revient pour mener son enquête) et tout particulièrement une jeune fille Tenille qu'elle a pris d'affection. 

Il y a pas mal de personnages secondaires que Val McDermid nous décrit avec talent.

Cette jeune fille va très vite se trouver en pleine galère suite à une accumulation d'incidents, elle va alors fuir la ville pour rejoindre Jane à Fellhead la ville de sa famille.

J'ai surtout apprécié dans ce livre cette jeune fille et les rapports qu'elle entretient avec Jane. 

" Ces dernières années, elle en était arriver à se croire seule au monde, une simple particule glissant entre les constellations de la vie des autres. Depuis la mort de sa mère jamais elle n'avait eu l'impression de posséder un foyer réel." 

Ce livre se lit avec plaisir, les descriptions des personnages mais aussi de la ville et de la campagne anglaise sont bien faites.

" Une demi-heure plus tard, il se tenait à l'orée d'un paysage étrange. Sur un long plateau couvert de lande, des mains humaines s'étaient jointes aux intempéries pour donner aux tourbières des formes curieuses, les touffes d'herbe faisant penser à des îles dans un marécage noirâtre. Des flaques d'eau brunes semblaient suinter du sol, et une légère odeur de pourriture flottait dans l'air. C'était une lieu plutôt sinistre pour rendre l'âme, se dit-il. "

Mon bémol tient surtout à cette intrigue qui est selon moi un peu trop tirée par les cheveux...  On a du mal a vraiment joindre les deux histoires par delà le temps...

Et puis j'ai eu du mal à me glisser dans le récit sur les aventures de Christian Fletcher... Trop décousu... Et puis parce que je pensais peut être trop à Mel Gibson  dans le film Le Bounty...
 

Un bon moment néanmoins où l'auteure a su conserver le suspens de l'auteur des différents morts (meurtres ?) qui parsèment la recherche du manuscrit...

Un livre pavé de 537 pages me faisant avancer dans mon challenge Pavé chez BABELIO.  


tous les livres sur Babelio.com

J'attaque le niveau 2  : PIOCHE  !

 
Quant à vous, et bien si vous souhaitez partir à la découverte de ce manuscrit, suivez Jane, Tenille et les autres 
et surtout soyez prudents  ! 

Je vous laisse en poésie avec William Wordsworth


Premier beau jour de printemps
Écrit en temps de guerre.


A demi couché sur la mousse
Sous un dais d’arbres balancés,
J’étais dans cette humeur très douce
Qui nous mène aux tristes pensers.


La Nature était si charmante
Que je souffrais de sa beauté,
Songeant aux maux que l’homme invente,
Aux biens qu’il laisse de côté.


Les pervenches aux bleus calices
Enlaçaient les coucous d’or clair.
Qui peut douter de vos délices,
Fleurs heureuses d’aspirer l’air ?


Les oiseaux jouaient vifs et prestes;
Si je ne puis voir en leur cœur,
Le moindre de leur menus gestes
Semblait un frisson de bonheur.


Les branches tendaient vers la brise
Leurs doigts en fleur pour la saisir.
Comment faire, qu’on me dise,
Pour ne pas voir là du plaisir ?


Si tel est le monde où nous sommes,
Si l’arbre et l’oiseau sont heureux,
Ai-je tort de plaindre les hommes,
Songeant aux maux créés par eux ?

jeudi 20 avril 2017

Quais du polar 2017 : Tome 2


@Didi 2 avril 2017

Suite tant attendue (de mes innombrables lecteurs .... Mouarf )  de mon dimanche au Quais du Polar ! 

RJ Ellory  

J'ai noté dans un coin de ma tête une lecture que je voulais faire car encensée par nombre de lecteurs et particulièrement par mon amie Wal. Un livre que l'on a pas envie de finir et que l'on est triste de quitter selon elle. 

Alors je me fais Didicacer : " Seul le silence " . Didicace en anglais, yes ! Thank you !

@Didi 2 avril 2017

Ron Rash

@Didi 2 avril 2017
Auteur que j'ai envie de découvrir depuis longtemps. Un auteur apprécié sur la blogosphère et sur Babelio. 

J'encourage ma sœur à le découvrir aussi. Elle est intéressée et le libraire a su en rajouter une couche dans l'envie de le lire en nous vantant tous les livres de cet auteur.

Pour moi ce sera "Le chant de la Tamassee " et pour Nath  " Un pied au paradis "

@Didi 2 avril 2017 Didicace debout ! 
 
David Vann 

J'ai depuis très longtemps dans ma bibliothèque "Sukkwan Island ", livre broché acheté d'occasion dans ma librairie Gibert qui a fermé depuis bien longtemps... Ah tous les livres que j'ai acheté en très bon état à des prix très très modiques. Même que les filles m'ont fait enlever le prix derrière : 2.50 euros en broché autant dire que c'était ma bibliothèque favorite. 

David Vann est fort charmant et souriant avec un regard bleu azur superbe. Il me dit quelque chose en anglais par rapport à mon pseudo Didi., mais cruche que je suis je ne peux que lui renvoyer son sourire sans jamais savoir ce qu'il a bien pu me dire. 

Son livre je l'appréhende un peu comme pour "Sur la route" de Cormac MacCarthy ... J'espère l'apprécier tout autant.

@Didi 2 avril 2017
A. Andrée Michaud 

J'oriente ma sœur  (qui n'a pas acheté beaucoup de livre hihihihihi) vers cette auteure (au départ je pensais que c'était un homme... et le E ma pauvre Didi !).

Prix du Quais du Polar 2017 et Prix 20 minutes ! 

Assurément un très bon livre  que ce " Bondrée " !!!

Le Prix des lecteurs

Le festival Quais du Polar décerne chaque année le Prix des Lecteurs à un roman francophone édité dans l’année.

Les titres en lice

Les six titres en lice pour le Prix des Lecteurs Quais du Polar / 20 Minutes 2017 sont :

Le Prix des Lecteurs Quais du Polar / 20 Minutes 2017 a été remporté par Andrée A. Michaud pour Bondrée (Rivages).



@Didi 2 avril 2017


Petites anecdotes  de ce QDP 2017 :

Les magnolias n'étaient pas très fleuris ou du moins sont passés... 

Dup' n'a pas pu venir suite à un problème de voiture. Dommage c'est une belle occasion de se revoir...

On a faillit mourir de faim car les restaurants étaient bondés et comme on s'y est pris trop tard les services étaient clos.... On a du se rabattre sur un maigre sandwich sur un banc public tout mouillé, dans la capitale de la gastronomie, c'est moche ! 

Il y avait le trail urbain lyonnais et on arrivait pas à traverser le pont pour nous rendre au QDP !

J'ai aperçu (il a un pantalon rouge ) un acteur de la série " Engrenages " et " Un village français ". Thierry Godard.

Comme je n'arrivais plus à trouver son nom je n'ai pas osé lui dire que je l'appréciais  (j'adore son personnage dans Engrenages tout spécialement ).

@Didi 2 avril 2017 

Je ne suis pas retournée voir certains auteurs que j'aime bien pourtant : Arnaldur Indridason, Val Mac Dermid alors que j'étais en pleine lecture de " Noirs tatouages " Didicacé au QDP 2015 et fini prochain billet ici. Mais aussi Marin Ledun dont les écrits ne sont pas très gais et me mettent le plomb ... 

Nous avons pris une nouvelle d'Olivier Norek sans lui prendre un livre ... On nous a rien dit, rho la honte !

J'ai aperçu également Jean-Claude Nogaro mais pas pu lui parler.... J'espère que ses Éditions du Caïman  se portent bien.

J'ai pris des marques pages, des cartes postales  et ma sœur ma offert le sac du QDP. J'ai aussi un ouvre boîte magnet, merci Babelio !


 
Bon voilà c'est fini ! 

Voilà notre moisson de polars avec ma sœur !

 
 Mes livres Didicacés !


Bye Bye et à l'année prochaine pour nos 10 ans de QDP ! 

Au plaisir de vous croiser là-bas et ici ! 

En attendant belles lectures à tous !



Vous trouverez chez Pastelle du blog " Lumières de l'ombre " de très beaux portraits des écrivains de cette édition 2017  : CLIC ICI