vendredi 26 mai 2017

En mémoire de Fred de Clayton Lindemuth


Baer Creighton (Crichton sur la 4ème de couverture de mon exemplaire...) est un cul-terreux fruste et macho obsédé par le Bien et le Mal. Depuis que, gamin, son grand frère Larry a essayé de l’électrocuter, il reçoit une décharge chaque fois que quelqu’un lui ment. Ou alors il voit une lueur rouge dans les yeux du menteur. Un don fort utile, mais est-ce suffisant maintenant qu’il faut venger Fred ? Le pitbull, son seul ami dans les bois de Caroline du Nord où il vit pas très loin des personnages de Ron Rash, a été kidnappé. On le lui a rendu en piteux état, victime d’un des impitoyables combats de chiens clandestins qu’organise l’abominable Joe Stipe, le caïd de la région. Quand il ne soigne pas Fred devenu quasi aveugle, Baer distille une gnôle si sublime que tout le monde lui en achète, le shérif compris. Ça lui donne du courage pour mûrir son plan. Non qu’il en manque, mais, en face, l’ennemi surarmé est en nombre et la lutte semble inégale. « Œil pour œil, dent pour dent », tel est le code de l’honneur hérité des pionniers. Baer l’appliquera jusqu’au bout. Voire plus loin.
Né dans le Michigan, Clayton Lindemuth a grandi dans l’ouest rural de la Pennsylvanie et étudié à l’Arizona State University. Désormais établi dans le Missouri, il gagne sa vie comme consultant financier et assureur ; le reste du temps, il pratique l’ultrafond et la menuiserie. Il écrit du noir, car « c’est là qu’il vit ». Une contrée paisible et froide (Seuil, 2015) a rencontré un accueil critique enthousiaste en France et aux États-Unis. Éditions Seuil

Mon avis :

Merci à Babelio et aux éditions Seuil Cadre noir pour ce livre fruit d'une opération Masse critique particulière ♥ 

Au tout départ j'ai été un peu paumée, je n'arrivais pas à tout saisir, non seulement l'auteur faisait quelques aller-retour surprenants et déstabilisants dans l'histoire et puis dans mon exemplaire le nom du personnage sur la 4ème de couverture n'était pas le même que dans le livre ... Crichton... Creighton... Au départ j'ai donc du m'assurer qu'il s'agissait du même personnage. Non je n'étais pas saoule il y avait bien une coquille dans le potage....

Je me rends compte que sur le site de l'éditeur l'erreur a été corrigée, j'espère qu'ils ont pu rattraper l'affaire à l'impression des livres.... 

Rassurée quant à ma santé mentale j'ai pu continuer sereinement ma lecture. J'ai alors fait la connaissance de Baer Creigthon et de son chien ... Ou du moins ce qu'il en reste de ce brave toutou... En effet, celui-ci a été enlevé par des gens très mal attentionnés pour le faire combattre contre d'autres chiens pour de l'argent ...

Oui, Fred est le chien de compagnie  et même le compagnon tout court de Baer. Il n'a dans sa vie pas grand chose à lui alors son chien, son Fred c'est presque tout.

Baer est un fameux bouilleur de cru, de celui qui fait des jaloux et exacerbe les convoitises et énerve ses concurrents.

Son chien, son alambic, son petit coin dans la nature voilà en résumé la vie de Baer, alors quand on touche à un de ses biens Baer va chercher vengeance. Il va n'avoir de cesse de se venger de ceux qui ont mis en péril la vie de Fred et même plus ...

Baer va se lancer à la recherche de ces hommes sans foi ni loi sans cœur et peu reluisants.

Sur son chemin il va retrouver les membres de sa famille : son frère Larry, sa belle sœur Ruth, sa nièce Maé ainsi que ses enfants.

Et pour ses femmes, les femmes de sa triste vie, Baer va se plier en 4. Il faut dire qu'il a profondément aimé Ruth avant que son frère ne lui la ravisse.... Il l'aime encore d'ailleurs sa Ruth. Pour le pire et le pire en quelque sorte...

Suivre Baer ne sera pas de tout repos croyez moi, mais on a bien envie tout comme lui d'assouvir cette vengeance en mémoire de Fred ! Et il en a de la ressource ce gars là !!!

Comme l'auteur le souligne dans une note à la fin du livre : "Tout combat individuel contre le mal est héroïque, car son issue n'est jamais garantie."

Il m'a bien plu ce Baer, même s'il est brut de décoffrage, j'ai bien ressenti chez lui un gros coeur tendre. Il m'a parfois fait penser à Mc Gyver dans ses installations de bric et de broc mais bien pensées. 

Il est le roi des réparties savoureuses et des portraits tirés à la chevrotine ! Ça déchire grave et c'est caustique comme de la soude. 

" De mon point de vue, Cory Smylie (le mari de la nièce Maé de Baer) est une fosse septique à face humaine. La seule bonne chose qui pourrait sortir de ce type un jour, c'est des pâquerettes - au cimetière. Quelqu'un qui traite un animal comme ça n'hésitera pas à en maltraiter d'autres."  

Une lecture que j'ai apprécié comme un petit verre de gnôle, ça vous arrache la gueule et ça nettoie en profondeur. 


C'est sec avec un petit parfum de pommes ou de poires qui revient alors délicatement flatter votre palais.

A lire cul sec et sans modération si vous ne craignez pas les degrés d'alcool !


tous les livres sur Babelio.com






6 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ton image avec le verre de gnôle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      merci c'est vrai qu'avec le métier de Baer l'image de ma lecture était toute trouvée. ;-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Coucou,
      note note :-)
      Bisous et bonne soirée

      Supprimer
  3. Bonsoir Didi, j'ai noté ce roman car j'avais apprécié le précédent traduit en français : Une contrée paisible et froide. Peut-être que tu connais. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola,
      j'avais vu que l'auteur avait écrit un autre livre et c'est moi désormais qui note Une contrée paisible et froide ;-)
      Merci bon mercredi

      Supprimer