samedi 28 janvier 2017

Extermination des cloportes Philippe Ségur


En dehors de sa passion pour sa femme Betty, Don Dechine a un but dans la vie : écrire. Seulement voilà, pas facile d’écrire un roman fracassant quand on est prof de lycée et qu’après les avanies de la journée, il faut encore affronter un voisin pas content, les tracas de la copropriété, le harcèlement fiscal et les PV pour stationnement interdit. Rien de plus normal, pour se détendre, que de consacrer ses soirées à l’intégrale des sept saisons de Soprano. Sauf que ça n’aide pas non plus à trouver la fortune et la gloire littéraire.

Il y aurait bien une solution : tout plaquer pour aller vivre à la campagne. Comme l’explique Don Dechine, il n’y a que dans la nature qu’on peut valablement produire un chef-d’oeuvre. Armés d’une confiance et d’un humour à toute épreuve, Betty et lui vont donc se lancer dans la quête de la maison idéale, tenter de se débarrasser d’un appartement invendable et se perdre dans un monde inconnu et atroce : la jungle impitoyable de l’immobilier.

Une sacrée aventure quand on est un futur génie de la littérature et qu’on se réveille un matin avec un cloporte dans l’oeil ! Source Buchet Chastel

Mon avis : 

Hum ... Comment écrire un avis sans tergiverser ... Bon, je me lance et ce ne sera pas une bonne critique... Sorry

Pourtant avouons, intriguée par ce titre énigmatique j'ai répondu avec élan à l'appel Masse critique particulière de chez Babelio. Je m'étais dit "Pourquoi pas " ! 

Lecture ultra rapide, de ces lectures qui ne laissent pas de traces dans une mémoire de lecteur...

Ni détesté, je l'ai lu entièrement sans difficultés, ni aimé, j'ai trouvé cette histoire un soupçon légère et sans conséquences... 

Les deux personnages de ce couple Betty et Don Déchine sont des personnages sans grand intérêt majeur. Deux professeurs dans leur quotidien banal, outre l'envahissement du champs de vision de Don Déchine par des cloportes. 

Beaucoup de procrastination dans leurs projets respectifs : une thèse et un chef d’œuvre littéraire c'est pas donné à tout le monde.

"Trésor, tu te trompes, j'ai fait. ta thèse, ton avenir, ton métier, tout ça, c'est de la blague."
Elle m'a jeté un regard désorienté. Un bon point pour moi. J'avais capté son attention. J'ai enchainé sans lui laisser le temps de réfléchir. Tout ça, c'est de la blague, parce que demain, toi et moi nous serons morts."
Ça c'était ma fameuse technique du mal par la mal, dite aussi technique de l'anesthésie. Quand j'avais affaire à un désespéré, je créais chez lui un état de choc pour l'insensibiliser. Après ça il oubliait ses petits tracas, ses bobos, son nombril, et on pouvait reprendre avec lui une conversation normale entre personnes sensées. 

Ce couple est en prise avec la gestion du quotidien, ils auraient pu être plus attachants mais ils ne m'ont pas vraiment touchés... 

Certaines scénettes m'ont fait sourire. Le plombier streap teaser, l'agent immobilier, le banquier  et le voisin envahissant dans la gestion d'une colopropriété.

L'auteur Philippe Ségur s'est-il plus ou moins mis en scène ... Peut-être un peu ... 

Il a choisit un bon titre qui a su attirer mon attention, mais attention ce livre ne m'a pas emballé... 

Merci tout de même très sincèrement 
à Babelio et aux Editions Buchet - Chastel !

Quant à vous, si vous vous voulez en savoir plus sur 
" L'extermination des cloportes " 
et bien ouvrez grands vos yeux 
avant qu'ils ne s’éteignent ! 



8 commentaires:

  1. Je viens de lire un meilleur avis que le tien chez Alex ; mais je ne vais pas en faire une priorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      j'irais voir l'avis d'Alex .
      Après il se lit très très vite alors tu peux tenter sans trop de risque.
      Bises

      Supprimer
  2. Ah ce doit être chez alex que j'ai vu un commentaire plus enthousiaste (perso mon attention aurait été attirée par les noms des personnages, il en faut peu pour perturber une lecture)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Keisha,
      oui les noms sont utilisés en référence à des livres ... J'ai oublié la référence ... gloups.
      Mais ça permet de mesurer l'égo du personnage... et de l'auteur...
      Oups
      Bises

      Supprimer
  3. Contrairement à toi, je n'aime pas du tout le titre. Et à te lire je me dis que ce n'est pas le contenu qui rattrapera le coup^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou
      le titre m'a intrigué... P'tt que le type de ce livre te plairait... Je pense pas en même temps...
      Tu peux passer outre ce titre.
      Bises

      Supprimer
  4. Je crois que nous retiendrons le même mot : procrastination.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà tu as plus aimé que moi ce roman.

      Supprimer