dimanche 16 juin 2019

Né d'aucune femme Franck Bouysse



" Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.— Et alors, qu’y-a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.— Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.
— De quoi parlez-vous ?
— Les cahiers… Ceux de Rose."
Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. 

Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d’aucune femme la plus vibrante de ses œuvres. Ce roman sensible et poignant confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine. Source Manufacture deLivres


Mon avis :

Livre emprunté lors du dernier comité de lecture à la bibliothèque où travaille ma meilleure amie.

J'ai bien cru retomber dans les mêmes thèmes que lors de ma précédente lecture avec le dernier Giebel : Une jeune fille vendue qui devient une esclave dans une famille complètement dérangée ... Esclave de maison et esclave sexuelle ...

Il y avait même un Gabriel qui se tenait là, témoin de toute cette histoire.

Mais alors pour moi cette lecture a été une très belle lecture contrairement à mon ressenti sur le livre de Karine Giebel ( à lire ou relire ICI)

Tout d'abord, parce que l'écriture est très belle, nous ne sommes pas dans le "brut de décoffrage" mais dans une écriture relevant de la poésie noire.

C'est dur, extrêmement dur, mais c'est beau !

Les sentiments des divers personnages sont mis à rude épreuves et ici même dans ce qui semble sans espoir on trouve toujours une petite étincelle d'espoir...

Mais revenons à l'histoire, celle de Rose, cette jeune fille vendue par son père. L'histoire nous est transmise par l'intermédiaire de la lecture de ses carnets intimes qu'elle a écrit lors de sa détention dans un asile d'aliénés. 

Ses carnets sont lus grâce à l'intervention d'une infirmière qui permettra à Gabriel de nous "lire" ceux -ci et ainsi de connaître l'histoire de Rose. 

On découvre alors une vie d'horreur. Rose vendue par son père se retrouve avec des maîtres complètement frappés qui vont faire d'elle une esclave corvéable à merci et surtout une esclave sexuelle et un "ventre". 

Rose raconte dans ses cahiers, son abandon, son calvaire et aussi ses quelques étincelles de bonheur au milieu de tous ce noir. 

Nous sommes dans une époque ancienne où la vie n'était pas facile et où le principal objectif pour la plupart des hommes et femmes étaient de survivre.

Si nous avons les cahiers de Rose (un point de vue subjectif de son histoire), il y a aussi selon les paragraphes d'autres personnages qui prennent la parole pour parler de l'histoire de Rose selon leur point de vue.

Il y a Onésime, le père de Rose que nous suivrons dans le regret de son terrible acte.

Il y a Edmond, le palefrenier de la famille ayant acheté Rose.

Il y a Gabriel, le passeur de l'histoire de Rose à travers les cahiers de celle-ci.

Il y a aussi des narrateurs plus "brumeux" : l'enfant, elle, l'homme...

Une bien "belle" histoire où il faut avoir le cœur bien accroché lors de scènes d'une cruauté particulièrement sauvage !

Mais à côté de cette cruauté et de ses scènes violentes, Franck Bouysse va distiller à petites doses des petites étincelles d'espoir. 

Des scènes oniriques permettent au personnage de Rose de s'envoler loin de sa vie cauchemardesque !

J'aurais presque mis le maximum d'étoiles sur Babelio et si je ne l'ai pas fait, c'est pour le seul tout petit petit petit bémol qu'il m'a été un peu difficile d'accepter certaines connexions et manipulations pour "boucler " l'histoire de Rose.  

Selon les points de vue et les souvenirs, nous n'avons souvent pas toujours la même histoire.

"Né d'aucune femme" est une lecture coup de poing, 
une lecture que l'on découvre le souffle coupé. 

Une lecture noire, très noire mais qui sait avec subtilité,
 nous offrir des parcelles d'espoir et des étincelles d'humanité. 

Tout ce que j'aime en littérature ! 

Merci Monsieur Franck Bouysse !


" C'était il y a quarante-quatre ans et je me souviens de tout. La flamme vacille à l'extrémité de la bougie torsadée. Elle ressemble à une petite danseuse prise dans la cire. Sa chevelure de fumée balaye une limaille de lettres agglutinées en mots autour de l'axe de l'histoire, cette confession dont me voici dépositaire. Lorsque ma respiration s'accélère, puis se ralentit, je parviens à modifier le voyage des ombres mortifères sur le papier terni, et un visage inconnu m'apparaît, comme un rinceau sur un tombeau. Cette femme que je n'ai jamais rencontré de ma vie, mais dont il me semble pourtant tout connaître, cette femme avec qui je n'ai pas fini de cheminer, avec qui je n'en aurai jamais fini. Alors je me résous à laisser aller mon regard sur la première feuille, afin que disparaissent les ombres trompeuses, pour en faire naître de nouvelles, que je me prépare à découvrir, au risque de les assombrir plus encore. Ces ombres en éclats d'obscurité qui n'épargne rien ni personne, sinon dans la plus parfaites des nuits qu'est la mort, avant le grand jugement." Gabriel


Ce sont des odeurs de printemps suspendues dans l'air frais du matin, des odeurs d'abord, toujours, des odeurs maculées de couleurs, en dégradé de vert, en anarchie florale confinant à l'explosion. Puis il y a les sons, les bruits, les cris, qui expriment, divulguent, agitent, déglinguent. Il y a du bleu dans le ciel et des ombres au sol, qui étirent la forêt et étendent l'horizon. Et ce n'est pas grand-chose, parce qu'il y a aussi tout ce qui ne peut se nommer, s'exprimer, sans risquer de laisser en route la substance d'une émotion, la grâce d'un sentiment. Les mots ne sont rien face à cela ils sont les habits de tous les jours, qui s'endimanchent parfois, afin de masquer la géographie profonde et intime des peaux ; les mots, une invention des hommes pour mesurer le monde. 


Les nombreux prix  obtenus par ce livre



tous les livres sur Babelio.com


12 commentaires:

  1. Réponses
    1. Bonsoir Manu,
      oui moi aussi une excellente lecture ♥
      Bises

      Supprimer
  2. Un beau coup de coeur pour moi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Krol,
      il fait l'unanimité !
      Merci pour ta visite

      Supprimer
  3. Bonsoir Didi, je ssis que ce livre fait l'unanimité mais je n'ai pas envie de le lire tout de suite. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dasola,
      oui il y a des thèmes de lecture que parfois on a pas envie de lire de suite, je comprends tout à fait ce sentiment.
      Bisous

      Supprimer
  4. Un vrai carton (mérité!) pour Franck Bouysse !

    RépondreSupprimer
  5. Un roman à la fois magnifique et très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      oui c'est bien ça magnifique et fort
      Bisous

      Supprimer
  6. j'avais déjà noté et tu confirmes toi aussi qu'il faut que j'en fasse une priorité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      une lecture à faire à ta guise :-)
      Bisous

      Supprimer