mercredi 18 octobre 2017

Le monde flottant Alan Spence

1858. À vingt ans, l’audacieux Thomas Glover décide de quitter son Écosse natale pour un Japon encore médiéval et hostile à l’Occident. Le jeune courtier maritime se lance, au risque de sa vie, dans le commerce de la soie, du riz, des armes, de l’opium et des navires. Jusqu’à connaître une réussite industrielle et financière époustouflante, et contribuer grandement à la modernisation de l’Empire sous l’ère Meiji. Aventurier visionnaire, il épouse les mœurs japonaises en s’initiant à l’esthétique samouraï, au zen et à l’art du haïku. L’honorable gaijin vit, avec de belles geishas, des amours tumultueuses.
Foisonnant, éblouissant d’érudition et d’invention, Le Monde flottant est un palpitant roman d’aventures qui conjugue tourmente de l’Histoire et intrigues personnelles. Source Éditions Héloïse d'Ormesson
Mon avis :

En premier lieu je tiens à remercier sincèrement Babelio et les Éditions Héloïse d'Ormesson pour m'avoir offert ce livre lors de l'avant dernière masse critique.

J'ai choisi ce livre pour sa magnifique couverture et pour les éditions Héloïse d'Ormesson. Le Japon est un pays qui me fascine et m'attire, même si je sais que je ne le visiterais surement pas... 

Pour Tom Glover le Japon n'était qu'une opportunité de travail au départ. Il se lance dans cette aventure avec toute la fougue de sa jeunesse et le souhait de construire sa vie et tenter sa chance loin de chez lui.

Il fallait être un brin aventurier pour réaliser un tel voyage à l'époque. Découvrir l'orient et le Japon en plein 19ème siècle devait être un choc.

Cet homme a réellement existé (je ne l'ai su qu'à la fin de ma lecture, le résumé ne l'indique pas), Alan Spence a, avec ce livre mis en avant la vie de cet homme.

On peut trouver des informations sur lui : ICI



C'est drôle mais je n'avais pas du tout en tête ce type de personnage avec les descriptions physique de l'auteur. Je m'étais mis en tête un homme beaucoup plus sexy ... Comme quoi l'imaginaire et puis je ne savais pas qu'il existait en vrai !

Dans ce livre tout comme Thomas Glover nous sommes très vite et presque essentiellement plongés dans le Japon Médiéval.

Glover va s'intégrer dans ce monde bien différent de ce qu'il a pu connaitre. Les us et coutumes sont bien surprenants voir même obscurs pour un occidental. Il deviendra d'ailleurs plus japonais qu'écossais.

Nous sommes en pleine époque Edo. Bon oki, j'avoue, je me suis un peu documentée sur l'histoire du Japon, car Alan Spence a piqué ma curiosité. 

Au départ de ma lecture je ne savais pas que Thomas Blake Glover existait réellement alors quand j'ai su à la fin de ma lecture j'ai cherché des informations sur le Japon et son histoire et sur ce personnage.

Les relations politico-économiques sont au cœur de cette histoire entre le Japon et l'Angleterre et je dois dire qu'à un moment de la lecture ça m'a un peu lassée... 

Les européens nous sont décrits comme porteurs de progrès pour le Japon...  J'ai aimé davantage quand le Japon nous était décrit dans ses traditions et ses mœurs.

Il traversa les deux ponts, Hésitation et décision, pénétra dans le quartier des plaisirs et se rendit droit au Sakura. L'endroit paraissait différent dans la journée, plus petit et miteux, sans rien d'engageant. La nuit, il avait toujours eu le charme un peu magique du fait de la lueur dorée des lanternes, des ombres jouant sur les shogi, de l'odeur suave de l'encens. La lumière du jour était trop brutale pour lui et le rendait banal. 

J'ai aimé quand Glover ne se posait pas en conquérant moralisateur et profiteur mais plus quand il s'intégrait et essayait de comprendre les coutumes et traditions. 

Les relations masculines de travail et de conquêtes sont très présentes et de belles amitiés naissent sur l'archipel. 

Les femmes elles, prennent une place dans ce livre mais de façon très floue et tardive dans le livre. Un peu trop selon moi, car mon intérêt a grandi quand elles avaient un rôle plus important et quand elles permettaient en fin de compte de rendre Glover plus japonais et humain...

J'ai aimé cet homme quand il était plus pacifiste que conquérant, quand il était partie intégrante de ce pays et non pas un conquérant envahisseur profiteur.

J'ai aimé les descriptions des traditions japonaises et notamment celles des samouraïs et de leur code d'honneur impitoyable !

J'ai marché sur le terrain. Tant de morts et de mourants. Hommes et chevaux. Certains corps dépecés, sans bras ni jambes, ou seulement bras et jambes, ou la tête détachée avec le visage encore féroce. Une mort noble. Une mort de Samouraï.
Ito s'interrompit, pour la première fois depuis le début de son récit. Il paraissait plus sombre que jamais.
- Sakamato-san est tombé aussi, mort dans la bataille.
- C'est une grande perte, déclara Glover en se rappelant la présence tranquille de Sakamoto, son insistance à prôner l'union des clans.
- Mais une bonne mort, observa Ito.
- Oui dit Glover. Bien sur.
- je me suis incliné pour tous les guerriers sur le champs de bataille, reprit Ito. J'ai fait un poème tanka.

Les braves guerriers gisent morts -
Choshu, Tosa, Togugawa -
Pour l'amour du Japon.
La fumée de la bataille se dissipe.
Au -dessus le soleil rouge. 

J'ai pleuré sur l'histoire de ces femmes qui s'effacent devant les hommes au Japon et ailleurs.

J'ai aimé ce petit garçon mélange du Japon et de l'Ecosse : 

Shinsaburo - Tomisaburo, le fils de Maki une geisha et de Thomas - Guraba San.

J'ai aimé la ville de Nagasaki, ville où s'installe Thomas Glover, ville faisant le lien entre les différentes époques du livre. On commence en effet l'histoire tout de suite après l'explosion de la bombe en 1945 dans la villa de Thomas Glover où son fils vit encore après lui. 

Un lien comme un rappel de ce que les hommes peuvent faire de pire aux hommes ...

J'ai moins aimé toutes les guerres et la violence des relations, ces trafics d'armes et d'opiums ... 

Une lecture qui a enrichi ma culture japonaise

Une lecture en demi teinte néanmoins 
car je l'aurais souhaitée plus romantique.

Une lecture que je vous conseille pour ce monde flottant qui attire et intrigue
et pour cet homme qui aura tendu un lien en occident et orient.


Un lecture de plus de 500 pages pour le challenge Pavé de chez Babelio


tous les livres sur Babelio.com



8 commentaires:

  1. Un roman qui a l'air passionnant. Tu en as aimé beaucoup de choses.

    RépondreSupprimer
  2. Coucou,
    un bon roman en effet même si à un certain moment je m'étais lassée des relations politico commerciales qui prennent beaucoup de place dans l'histoire de ce monsieur.
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Celui-ci sera bientôt entre mes mains ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou
      et bien bonne lecture alors ;-)
      Bisous et bon WE

      Supprimer
  4. un livre qui m'intéresse ! je viens d'acheter 5 livres !! ce sera sans doute le 6ème ! merci à toi
    et pourquoi n'irais-tu pas au JAPON ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Marty,
      des lectures en prévision ;-) heureuse d'en rajouter un :O)
      Je ne sais pas pour le Japon à la fois ça m'attire et à la fois ça m'effraie ... Le tsunami, les bombes de la seconde guerre mondiale... C'est assez étrange à me l'expliquer...Et puis côté avion et bien c'est loiiiinnnn et moi l'avion j'ai de plus en plus du mal. Voilà tu sais tout.
      Bisous bisous

      Supprimer
    2. en plus la Corée qui balance des missiles au dessus du Japon !
      quel monde on vit avec des bouffons qui font "joujou" ! c'est effrayant tout de même ! pour les heures d'avion je te comprends, sans compter le décalage horaire ! mais on ne sait pas de quoi sera fait demain !! le Japon m'attire aussi ! en tous les cas eux n'ont pas peur de se déplacer ! ils vont partout !
      bisous Didi et bonnes lectures

      Supprimer
    3. Coucou Marty,
      oui le monde est fou, enfin surtout certains à la tête d'empire :-O c'est bien effrayant...
      Et tu as raison les japonais voyagent beaucoup et adorent la France !
      Bisous et bon jeudi

      Supprimer