samedi 20 août 2016

Au revoir là-haut Pierre Lemaitre


« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants. Source Éditions Albin Michel
Mon avis : 

 Quel livre mes amis ! Quel livre !!!

En m'attaquant à ce pavé cet été (alors qu'il est dans ma bibliothèque depuis l'automne dernier...) je n'ai pas eu peur une minute de me perdre ou de m'ennuyer. Profitant de mes grandes vacances j'ai englouti ce livre avec plaisir et délectation.

Acheté bien avant qu'il n'ai reçu le Prix Goncourt j'étais heureuse de l'avoir à disposition. Un beau livre broché ce n'est pas si souvent pour moi et avec toutes ses pages j'aime ce format agréable à la lecture.

Voilà que je me disperse, repoussant mon avis sur ce livre ayant peur de ne pas arriver à en dire assez de bien, peur de ne pas être à la hauteur de mon plaisir de lectrice avec cette histoire.Vais-je encore pouvoir décider de futurs lecteurs  ?... Y-a-t-il encore des personnes qui ne l'ont pas lus ? ...

Et c'est parti pour une plongée en enfer car dès le début du livre on se trouve au cœur du terrible fracas de la guerre des tranchées.

On suffoque, on tremble, on crie, on pleure. Nous faisons alors connaissance dans ces terribles conditions avec des soldats, deux tout particulièrement : Albert Maillard et Édouard Péricourt.  Ces deux là vont aussi faire connaissance à ce moment là. 

Un autre homme se trouve ici également, un officier, il s'agit d'Henri Aulnay-Pradelle. Un des personnages principal de ce roman, un homme qu'il est préférable de ne pas trouver sur sa route, mais qui hélas croisera toujours dans de fâcheuses circonstances celle d'Albert et Édouard...

Édouard va sauver Albert d'une mort certaine par ensevelissement lors d'une bataille finale. Lors de ce sauvetage le premier perdra son visage, pour tout dire son identité. Édouard devient une gueule cassée. 

Un lien indéfectible va s'installer entre les deux hommes. Ils n'auront de cesse de s'occuper l'un de l'autre.  Albert se sentant redevable à vie de son compagnon sauveur. 

 " En le tenant contre lui, Albert de dit que pendant toute la guerre, comme tout le monde, Édouard n'a pensé qu'à survivre, et à présent que la guerre est terminée et qu'il est vivant, voilà qu'il ne pense qu'à disparaître, si même les survivants n'ont plus d'autre ambition que de mourir, quel gâchis... "
Une amitié bien particulière va grandir entre ces deux brisés de guerre. 

Ils deviendront complices d'une vaste escroquerie aux monuments aux morts, grâce au talent de dessinateur d’Édouard.

Albert et Édouard vont jusqu'à changer d'identités pour se fondre dans cette période d'après-guerre et échapper à Pradelle cette pourriture d'homme, arriviste et arnaqueur.

Pierre Lemaitre est un artiste peintre dans son livre, il nous dresse de splendides portraits : de cet homme sans visage aux  mille masques époustouflants, de ce salop impétueux et arrogant de Pradelle, de cet homme simple et humble qu'est Albert.

Les personnages secondaires sont aussi très travaillés, Monsieur Péricourt (le père d’Édouard) cet homme blessé et endeuillé, mais aussi ce petit fonctionnaire extra-ordinaire de Merlin.  Et des femmes aussi dont la sœur d’Édouard, Madeleine et la petite amie d'Albert, Pauline qui subissent aussi les dégâts collatéraux de la guerre. 

Mais cette histoire n'est pas qu'une galerie de personnages, Pierre Lemaitre à la faculté de nous faire vivre presque physiquement les scènes du livre. Cette scène de début lors de l'ensevelissement d'Albert et son sauvetage !!! 

Incroyable de réalisme. J'ai suffoqué, j'ai cru ma dernière heure arrivée... 

Les scènes de visite des cimetières par le fonctionnaire Merlin sont marquantes, on sent presque l'odeur de putréfaction, l’indicible est décrit, l'atmosphère est glauque à souhait ... Malgré tout,  on note souvent une bonne pointe d'humour noir !

J'ai laissé décanter ma lecture, mais je sais que ce livre là restera en moi longtemps, très longtemps. Les personnages dressés par l'auteur vont continuer à m'accompagner, à m'émouvoir, à me hanter. 

Une lecture marquante, une grande lecture.

Je ne suis pas forcément contente de ma "critique" elle reflète bien pâlement mon enthousiasme et ne traduit pas entièrement l'empreinte qu'a laissé cette histoire dans mon imagerie de lectrice... 

J'aime quand une lecture m'embarque à ce point, j'aime quand une lecture me permet de belles rencontres avec de forts personnages. Connaitre Albert et Edouard quelle chance ! 

J'aime aussi quand j'apprends encore et toujours sur l'histoire de mon pays et notamment ici sur la période d'après guerre de 14-18. Car s'il y a une part de fiction dans ce livre il y a aussi beaucoup de réalisme dans la vision de cette période d'après-guerre très particulière et qui n'est pas souvent mise en avant...



Pierre Lemaitre sans auréoler les soldats de la grande guerre
a su leur rendre hommages de bien belle façon. 
Son livre est son monument littéraire,
 une sacrée belle réussite !
 Prix Goncourt amplement mérité.

Un livre que je garderais en mémoire pour toujours.
Alors si ce n'est pas déjà fait, 
prenez rendez-vous avec "Au revoir là-haut "
vous m'en direz des nouvelles, des bonnes à coup sur !


Je finirais ma petite bafouille sur le très beau titre de ce livre, très triste et si beau :

"Je te donne rendez-vous au ciel où j'espère que Dieu nous réunira. Au revoir là-haut, ma très chère épouse." Jean Blanchard

@Didi août 2016 Un monument aux morts de la guerre de 14-18
tous les livres sur Babelio.com

10 commentaires:

  1. J'ai poussé des cris de joie quand il a eu le Goncourt. Et le livre audio est encore mieux, à mon avis. J'attends la suite avec impatience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Valérie,
      c'est une belle consécration le Prix Goncourt ! Je suis pas adepte des livres audios mais je sais que toi tu en écoutes beaucoup et c'est l'auteur lui-même qui l'a lu je crois.
      Une suite ? Ah oui une suite ... Curieuse de lire ça même si j'imagine mal la suite finalement...
      Bises

      Supprimer
  2. Je n'ai pas encore franchi le pas mais il m'attend sagement. Et je suis certain de me régaler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Jérôme,
      olalala oui quel livre. Pour ma part j'ai adoré et j'ai attendu longtemps avant de la lire.
      Je te souhaite une belle future lecture et une bonne r------ (gloups pour moi c'est après demain.... ouinnn je veux pas y aller !)
      Bisous

      Supprimer
  3. Quelle belle lecture, je partage ton avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Alex,
      je pense que ce livre fait l'unanimité ! (très peu de mauvaises impressions sur les 602 critiques de Babelio)
      Bises

      Supprimer
  4. Je l'ai offert à mon mari mais je crois qu'il ne l'a pas encore lu en tout cas ça me donne envie de le lire et de l'ajouter à ma pile de livre "à lire" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Izys,
      un joli cadeau que tu ne dois pas hésiter à emprunter pour le même plaisir de lecture.
      Bises

      Supprimer
  5. J'ai ce livre qui m'attend dans ma bibliothèque depuis sa sortie. Je sais que c'est une lecture qui me toucherait beaucoup, une lecture comme je les aime...
    Un livre dont on "a peur de ne pas être à la hauteur" pour en dire tout le bien qu'on a ressenti, ça en dit déjà beaucoup. Je crois que je vais le sortir, tout bientôt, grâce à toi.
    Bisous ma chère Didi et bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nadine,
      j'ai vraiment aimé ce livre (et je ne suis pas la seule). L'écriture de Pierre Lemaitre n'est pas compaséé, ni compliquée, ni pédante et cette histoire nous envoûte.
      Ce fût un très plaisant moment de lecture, marquant. Arriver à retranscrire ce plaisir là n'est pas facile.
      Je suis contente de te le faire sortir de ta bibliothèque ;-)
      Belle lecture prochaine.
      Bisous et bonne semaine @bientôt

      Supprimer